Accéder au contenu principal
Agriculture / UE

Agriculture: une nouvelle réforme de la Politique agricole européenne en marche

C'est au petit matin, à l'heure de la première traite des vaches laitières que le président Hollande a ouvert le Salon de l'agriculture, ce samedi 25 février 2017.
C'est au petit matin, à l'heure de la première traite des vaches laitières que le président Hollande a ouvert le Salon de l'agriculture, ce samedi 25 février 2017. REUTERS/Michel Euler
Texte par : RFI Suivre
2 min

Au Salon de l'agriculture qui s'est ouvert ce samedi 25 février à Paris, François Hollande a appelé à repenser et surtout à préserver la politique agricole commune. Une déclaration faite à des agriculteurs français découragés par la multiplication des crises et la baisse de leurs revenus.

Publicité

La Commission européenne a lancé début février une grande consultation publique sur l'avenir de la politique agricole commune, la PAC. Une consultation qui va durer trois mois. C'est le prélude à une nouvelle réforme de la PAC qui depuis sa création en 1957 en a connu bien d'autres.

Il reviendra donc au futur gouvernement de négocier la prochaine PAC pour les années 2020 à 2025, après le départ du Royaume-Uni, et alors que plusieurs pays européens sont désormais en concurrence les uns avec les autres.

Se souvenir de l'agriculture avant l'UE

La PAC est critiquée pour l'importance des montants en jeu, près de 60 milliards d'euros par an, et ses critères qui attribuent 80% des aides aux 20% des agriculteurs les plus gros et les plus productifs. Mais ce samedi matin, le président Hollande, qui a inauguré le Salon de l’agriculture, a plaidé en sa faveur. « Il faut quand même se souvenir de ce qu’était l’agriculture sans l’Europe et ce que peut être l’agriculture avec l’Europe, a rappelé le François Hollande. Une politique agricole commune qu’il va falloir repenser et qu’il va falloir surtout préserver. Parce que si la politique agricole commune est mise en cause, vous allez voir la situation qu’auront beaucoup d’agriculteurs. Donc ceux qui disent qu’il faut sortir de l’Europe c’est pour sortir l’agriculture, en définitive, de tout ce qui peut être production rémunérée ».

Dans l’avenir, la politique agricole commune nouvelle formule devra mieux protéger les exploitants contre les chutes de prix, les crises sanitaires et climatiques, par un système d'assurance. Elle devra aussi permettre de maintenir l'occupation des territoires en favorisant l'installation des jeunes agriculteurs, notamment en allégeant les pesanteurs administratives.

→ à (ré)écouter : Comment gérer les crises agricoles dans la prochaine PAC ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.