Accéder au contenu principal
Turquie / Russie

Erdogan à Moscou plaide la cause de la Turquie contre les Kurdes en Syrie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan sera reçu par son homologue russe Vladimir Poutine vendredi pour parler notamment des efforts communs en vue du règlement de la crise syrienne.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan sera reçu par son homologue russe Vladimir Poutine vendredi pour parler notamment des efforts communs en vue du règlement de la crise syrienne. REUTERS/Brendan McDermid
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C’est la deuxième visite de Recep Tayyip Erdogan en Russie depuis la reprise des relations entre les deux pays l’été dernier. Le président turc est accompagné ce vendredi d’une forte délégation économique à l’occasion de la réunion de la commission mixte entre les deux pays. Pour Ankara, il est important de retrouver le niveau d’échanges économiques que connaissaient les deux pays avant leur crise diplomatique. Mais cette visite a aussi un caractère politique avec le dossier syrien, alors que se prépare l’offensive sur Raqqa, le fief du groupe Etat islamique en Syrie.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

La Syrie sera le plat de résistance des discussions entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine. Les deux pays se sont alliés, avec l'Iran, dans l'offensive sur Alep et pour tenter d'imposer un cessez-le-feu en Syrie.

Mais on est maintenant entré dans la phase de l'offensive contre le groupe Etat islamique. Mardi, une rencontre a eu lieu à Antalya entre les chefs d’état-major russe, américain et turc. Il s’agissait de se mettre d’accord sur les modalités de l’offensive sur Raqqa, le fief du groupe Etat islamique en Syrie, ou au moins de faire d’éviter des accrochages entre les différents partenaires de la coalition.

Actuellement, trois groupes opèrent dans le nord de la Syrie : les Russes avec les forces gouvernementales syriennes, les Américains avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), milices arabo-kurdes, et les Turcs avec l’Armée syrienne libre (ALS).

Les Turcs souhaitent exclure les Kurdes de l’offensive. Mais pour des raisons essentiellement de réalité de terrain, cette exigence turque a peu de chance d’être suivie. Erdogan va néanmoins essayer de plaider la cause de la Turquie auprès des Russes. Il plaidera en tout cas pour que les Kurdes aient le moins de place possible dans la transition politique en Syrie et dans le projet de Constitution.

→ A (re) lire : En Syrie, quatre guerres dans un conflit

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.