Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: un congrès du parti d'extrême droite AfD mouvementé

La présidente d'Alternative für Deutschland (AfD), Frauke Petry, au congrès du parti d'extrême droite à Cologne, le 22 avril 2017.
La présidente d'Alternative für Deutschland (AfD), Frauke Petry, au congrès du parti d'extrême droite à Cologne, le 22 avril 2017. REUTERS/Wolfgang Rattay
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Cologne est en état de siège ce week-end. La ville allemande héberge le congrès du parti populiste d’extrême droite AfD, ce qui donne lieu à plusieurs contre-manifestations. Deux policiers ont été légèrement blessés ce samedi 22 avril, dans des échauffourées, lorsque des manifestants ont tenté d'empêcher 600 délégués de l'AfD de rejoindre l'hôtel du centre de Cologne, où se tient leur congrès jusqu'à dimanche. Le congrès est marqué, par ailleurs, par des tensions internes, à cinq mois des élections législatives.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

C'est sur un double front que l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) bataille ce week-end à Cologne.

A l'intérieur de l'hôtel, d'abord, où se tient le congrès du parti populiste et où une guerre ouverte fait rage autour et, surtout, contre la présidente du parti, Frauke Petry.

Ses opposants lui reprochent son style autoritaire et ses décisions solitaires. Elle a surpris cette semaine en annonçant ne pas vouloir conduire la bataille du parti aux législatives de septembre, un coup stratégique pour calmer le jeu et renforcer les chances de sa ligne de s'imposer. Son programme rejète les positions extrémistes de certains dans le mouvement, au profit d'une participation au pouvoir, à terme, en 2021.

La réconciliation entre les partisans de Frauke Petry et les tenants d'une ligne plus dure, habitués aux dérapages verbaux, notamment racistes, paraît peu probable, après l'échec, en tout début de congrès, de Frauke Petry à rallier les membres du parti autour de son programme modéré, justement.

50 000 contre-manifestants attendus

Un deuxième front s'ouvre durant ce congrès, à ses portes, avec jusqu'à 50 000 contre-manifestants attendus. Si la majorité est pacifique, des autonomes d'extrême gauche sont remontés et veulent en découdre. Quatre mille policiers s'efforceront de faire régner l'ordre. « Nous sommes très inquiets », a déclaré le préfet de police. Deux policiers ont été légèrement blessés ce samedi 22 avril.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.