Accéder au contenu principal
Migrations internationales

Berlin et Rome demandent une mission de l’UE à la frontière Niger-Libye

Des clandestins accostent le 10 mai 2017 à la base navale de Tripoli en Libye après avoir été sauvés par des garde-côtes libyens.
Des clandestins accostent le 10 mai 2017 à la base navale de Tripoli en Libye après avoir été sauvés par des garde-côtes libyens. REUTERS/Ismail Zitouny
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Plus d’un an après l’accord survenu avec la Turquie, l’Union européenne recherche toujours les conditions d’un accord similaire avec la Libye afin de tarir le flux des migrants vers l’Union européenne. Depuis l’accord euro-turc, les flots de migrants se sont détournés vers la Méditerranée centrale et depuis le début de l’année, l’Italie a vu arriver plus de 42 000 migrants. Cette situation n’inquiète pas que l’Italie, à tel point que les ministres de l’Intérieur allemand et italien demandent ensemble une mission européenne à la frontière nigéro-libyenne.

Publicité

De notre bureau à Bruxelles,

C’est le contenu d’une lettre datée du 11 mai qui vient de faire surface, lettre signée de Thomas de Maizière et de Marco Minniti. Dans cette lettre adressée à la Commission européenne, les ministres de l’Intérieur de l’Italie et de l’Allemagne préconisent à terme une mission européenne qui aurait vocation à rester dans la région.

L'objectif est de contrôler et donc d’endiguer le flux des migrants qui désormais empruntent en grande partie ce trajet vers l’Europe.

Selon le ministère italien de l’Intérieur, la route des Balkans a connu en 2016 une réduction des flux migratoires de 86% tandis que la Méditerranée centrale a vu augmenter de 18% le nombre de migrants.

Pour le gouvernement fédéral allemand, actuellement sous le feu roulant des critiques pour sa gestion de la crise migratoire, cette lettre commune est une marque de soutien à l’Italie de l’ordre de cette solidarité que les pays du sud de l’Europe réclament à cor et à cri depuis des années.

Pour le gouvernement italien, cette mission de surveillance européenne à la frontière nigéro-libyenne n’aurait par ailleurs de sens que si elle s’accompagne d’initiatives pour le développement de l’Afrique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.