Accéder au contenu principal
Union européenne / Grèce

Dette grecque: échec des discussions, nouveau rendez-vous en juin

Le ministre grec des Finances, Euclid Tsakalotos, lors de la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles, le 22 mai 2017.
Le ministre grec des Finances, Euclid Tsakalotos, lors de la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles, le 22 mai 2017. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les dix-neuf ministres des Finances de la zone euro se sont réunis ce lundi 22 mai à Bruxelles en Eurogroupe avec à l'ordre du jour une question principale : les finances de la Grèce et l'avenir de sa dette publique. Ils ne sont cependant pas parvenus à un accord, ni sur la question urgente des prochains paiements de l'aide financière, ni sur la question très sensible d'un allègement de la dette hellénique qui atteint désormais la proportion astronomique de 179% du produit intérieur brut.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles et notre correspondante à Athènes,  Charlotte Stiévenard

Même s'ils n'y sont pas parvenus ce lundi, les Européens se pensent désormais très près d'un accord sur les conditions d'un allègement de la dette grecque. Ceci est posé comme condition sine qua non par le Fonds monétaire international (FMI) pour participer financièrement au troisième plan d'aide à la Grèce.

L'Eurogroupe considère que le gouvernement hellénique a obtenu du Parlement un effort considérable avec les dernières mesures adoptées en matière de hausse des impôts et de coupes dans les pensions de retraite. Plusieurs pays estiment que l'avenir même de l'euro dépend en partie de la solidarité avec la Grèce.

« Je souhaite évidemment que nous parvenions à un accord sur cette question de la dette grecque, d’abord parce que c’est important pour la Grèce elle-même, pour faire venir des investisseurs, pour redonner confiance au peuple grec. C’est important pour l’ensemble de la zone euro ; puis, cela doit nous permettre de refaire de l’intégration de la zone euro la priorité absolue pour les Etats membres de la zone euro »a réagi le nouveau ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Les Européens espèrent désormais être en mesure de trouver un accord lors de leur prochaine réunion le 15 juin. Et le temps presse pour la Grèce qui doit rembourser en juillet 7 milliards d'euros d'emprunts.

« Costume sans cravate »

En tout cas ce mardi 23 mai, c'est surtout l'échec de cette dernière discussion qui retenait l'attention de la presse grecque. « Costume sans cravate » ou « Eurogroupe sans décision sur la dette grecque ». C'est ainsi que le Journal des rédacteurs titre sur la réunion des créanciers de la Grèce.

Pour ce quotidien classé à gauche, ce qui bloque encore, c'est le désaccord entre l'Allemagne et le Fonds monétaire international. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble veut absolument la participation du Fonds monétaire international au plan d'aide, mais refuse toute discussion sur la dette grecque, une des conditions pourtant posées par le FMI.

C'est ce même sujet qui préoccupe le journal conservateur I Kathimerini en Une, tandis que le journal I Avgi, proche du parti au pouvoir Syriza, titre sur la seule décision prise ce lundi : obliger la Grèce à avoir un excédent budgétaire de 3,5% du produit intérieur brut jusqu'en 2022. C'est-à-dire que l'Etat continue à dépenser peu et à récolter beaucoup. Les discussions reprendront lors d'une prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro en juin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.