Accéder au contenu principal
Espagne

Espagne: Rajoy dit «non» aux velléités sécessionnistes de la Catalogne

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy le 22 mai 2017 à Madrid.
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy le 22 mai 2017 à Madrid. REUTERS/Sergio Perez
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que le bras de fer entre Madrid et Barcelone bat son plein concernant la possible tenue d'un référendum d'autodétermination en Catalogne rejeté par l'Etat central et ardemment désiré par les leaders catalanistes, le gouvernement de Mariano Rajoy a pour la première fois frappé du poing sur la table. Le Premier ministre espagnol a opposé un « non » sans fissure contre toute velléité sécessionniste.

Publicité

Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

« Je ne veux, ni ne peux, autoriser la consultation sur le droit des Catalans à quitter l'Espagne. » Jamais le chef du gouvernement Mariano Rajoy n'avait été aussi clair sur cette question.

« Je ne veux pas, a-t-il explicité. C'est-à-dire qu'il est pour moi impensable que la Catalogne prenne le chemin de l'indépendance. Et je ne peux pas, a-t-il ajouté, car selon la Constitution nationale, une telle chose n'est possible que si l'ensemble des Espagnols se prononcent sur cette question. »

Après des mois d'ambiguïté, de silence ou de mollesse, le leader conservateur a lancé un « non » fracassant contre toute tentative sécessionniste, alors même que les leaders catalans ont affirmé que si le référendum n'était pas autorisé, ils déclareraient leur indépendance de manière unilatérale.

Pour Rajoy, cela équivaudrait à une déclaration de guerre. « J'emploierai tous les moyens pour empêcher la tenue d'un référendum illégal. » Quitte, laisse-t-il entendre, à mobiliser l'armée. On n'en est pas là, mais déjà une confrontation très violente est à prévoir dans les semaines à venir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.