Royaume-Uni / Terrorisme

Attaque de Londres: le Royaume-Uni panse ses plaies et garde son sang-froid

La police bloque les accès au London Bridge, ce dimanche 4 juin 2017.
La police bloque les accès au London Bridge, ce dimanche 4 juin 2017. REUTERS/Dylan Martinez

Les élections législatives britanniques se dérouleront comme prévu jeudi après l'attentat du 3 juin qui a fait sept morts à Londres, a assuré, ce dimanche, la Première ministre Theresa May, alors que la capitale britannique pansait une nouvelle fois ses plaies. Une attaque qui est la troisième à frapper la Grande-Bretagne en moins de trois mois.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Malgré l'attaque du 3 juin à Londres, Theresa May a confirmé le maintien des législatives anticipées ce jeudi 8 juin. La dirigeante est sortie tout à l’heure devant sa résidence du 10 Downing Street, et a condamné avec une extrême fermeté ce nouvel acte terroriste : « Enough is enough », « Il est temps de dire ça suffit », a martelé la dirigeante conservatrice.

Theresa May a signalé qu’il fallait un changement radical dans la manière de répondre à ces attaques. Sur un ton très martial, elle a indiqué que la stratégie  anti-terroriste du pays allait être revue et déclaré que « l’idéologie extrémiste devait absolument être vaincue », notamment en s’attaquant aux activités des réseaux terroristes sur internet.

La dirigeante a estimé qu’il y avait eu trop de tolérance envers l’extrémisme dans la société britannique, appelant à mener des discussions peut-être difficiles avec les différentes communautés britanniques, notamment les musulmans. Theresa May a aussi annoncé que son gouvernement était prêt à rallonger de façon significative les peines de prison des personnes suspectées d’activité terroriste.

Edition spéciale attentat Londres 13h10-13h30

Où en est l'enquête ?

La police pense avoir neutralisé à présent tous les terroristes impliqués après avoir abattu les trois assaillants dans les minutes qui ont suivi leur attaque sur le pont de London Bridge et à Borough Market.

Par ailleurs, Theresa May a encore déclaré que les récentes attaques fin mars à Westminster et il y a deux semaines à Manchester n’étaient pas connectées, mais plutôt le fait de terroristes qui s’inspirent des actes perpétrés précédemment pour terroriser la population.

La police métropolitaine de Londres a confirmé que les trois hommes portaient des couteaux et de faux gilets explosifs, mais dit ignorer encore à ce stade l’identité des assaillants. L'attaque, qui n'avait pas été revendiquée ce dimanche à la mi-journée, s'est produite quelques minutes après la fin de la finale de la Ligue des champions de football, dans un quartier où beaucoup de spectateurs s'étaient rassemblés pour suivre le match dans les bars.

Importance de la « coopération européenne »

Le maire de la capitale, Sadiq Khan, indique ce matin que certains des blessés se trouvent dans un état grave. Quatre ressortissants français ont été touchés lors des attaques ; l'un d'eux est dans un état grave. Emmanuel Macron s'est entretenu avec Theresa May à la mi-journée. Le président français a souligné auprès de la Première ministre « l'importance de la coopération européenne. » 

Les deux dirigeants « ont fait le point sur la situation des victimes et les premiers éléments de l'enquête ». Mme May s'est engagée, a précisé l'Elysée dans un communiqué, à « donner toutes les informations sur les victimes (françaises) et à assurer et garantir la sécurité » des Français résidant à Londres, qui votent ce dimanche pour les élections législatives en France.

Localisation des attaques du 3 juin 2017.
Localisation des attaques du 3 juin 2017. RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail