Allemagne/Turquie

Turquie: Berlin va transférer ses forces de la base d'Incirlik vers la Jordanie

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, lors d'une visite sur la base d'Incirlik en Turquie le 21 janvier 2016.
La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, lors d'une visite sur la base d'Incirlik en Turquie le 21 janvier 2016. REUTERS/Tobias Schwarz

Le Conseil des ministres allemand a décidé de retirer ses forces présentes sur la base d'Incirlik en Turquie et engagées dans la coalition internationale contre l'organisation Etat islamique. La décision est la conséquence du refus d'Ankara de permettre aux parlementaires allemands de rentre visite aux soldats de la Bundeswehr comme cela est la règle en Allemagne.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

Ursula von der Leyen ne veut pas perdre de temps. Le transfert des chasseurs Tornado allemands et des 280 soldats de la Bundeswehr de la base d’Incirlik en Jordanie doit être mis en place dès ce mercredi 7 juin.

« Nous avons fait preuve de beaucoup de patience avec la Turquie » a estimé la ministre allemande de la Défense. Lundi 5 juin, le ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel a pourtant tenté d’amadouer la Turquie lors d’un voyage à Ankara en évoquant une libéralisation des visas ou une répression plus forte du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, actif en Allemagne.

Une mesure de représailles d'Ankara

Mais rien n’y a fait. La Turquie refuse toujours que des parlementaires du Bundestag se rendent sur la base d’Incirlik. Une mesure de représailles d’Ankara qui reproche à Berlin notamment d’accueillir des soldats turcs de l’OTAN ayant demandé l’asile politique en Allemagne.

Berlin a voulu montrer sa résolution après avoir durant des mois évité de réagir aux attaques d’Ankara avec la même virulence. Mais l’armée allemande dont chaque engagement doit être avalisé en amont par le parlement implique des visites des élus sur le terrain. Berlin décide donc de retirer ses forces d’une base d’un pays de l’Otan pour les déployer à l’extérieur de l’Alliance atlantique en Jordanie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail