Royaume-Uni

Elections législatives au Royaume-Uni, mode d'emploi

Les Britanniques doivent renouveler les 650 députés de la Chambre des communes, qui siège au palais de Westminster, à Londres. Bureau de vote à Londres ce jeudi 8 juin.
Les Britanniques doivent renouveler les 650 députés de la Chambre des communes, qui siège au palais de Westminster, à Londres. Bureau de vote à Londres ce jeudi 8 juin. REUTERS/Neil Hall

Les Britanniques sont appelés aux urnes ce jeudi 8 juin pour des législatives anticipées. Les électeurs doivent choisir le parti qui va gouverner le Royaume-Uni pour les cinq ans à venir, et surtout le Premier ministre qui mènera les négociations du Brexit. Les bureaux de vote ont ouvert à 6h TU et ferment à 21h TU et le scrutin se joue à un seul tour.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Londres,  Béatrice Leveillé et notre correspondante, Muriel Delcroix

Un seul vote, un seul bulletin pour désigner le parti qui va gouverner le pays pendant les cinq prochaines années et négocier la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le scrutin uninominal à un tour favorise le vote utile, en l’occurrence celui pour les conservateurs de Theresa May ou les travaillistes de Jeremy Corbyn.

Dans chacune des 650 circonscriptions du Royaume-Uni, le candidat qui obtiendra le plus de voix sera élu. Un parti peut gagner le plus grand nombre de voix à l’échelle nationale et perdre à l’échelon local.

Une loi adoptée en 2011 réduit le nombre de circonscriptions à 600 et modifie le découpage électoral, mais elle n’entrera en vigueur que l’année prochaine. Ce sont donc les dernières élections de ce type et elles vont permettre l’élection de 650 députés pour cinq ans à la Chambre des communes, la chambre basse du Parlement britannique.

Scrutin indécis

Même si tous les sondages prévoient une victoire des Tories, ils révèlent une incertitude sur la capacité de Theresa May à obtenir un meilleur résultat que celui de son prédécesseur David Cameron en 2015. Certaines modélisations électorales prévoient même que les conservateurs perdraient leur majorité absolue aux Communes. Mais ces projections sont à prendre avec une grande prudence depuis l'échec des sondeurs à prévoir la victoire nette des conservateurs en 2015 et le Brexit l’an dernier.

Le chef du parti qui obtiendra le plus grand nombre de députés formera un gouvernement. Si le Parti conservateur perd sa majorité, il devra s’allier à un autre parti pour gouverner, comme l’avait fait David Cameron avec les libéraux démocrates. Si on en arrive là, Theresa May aura perdu son pari de dissoudre la chambre pour renforcer sa majorité avant de négocier le Brexit. La campagne en demi-teinte de Theresa May plutôt mal à l’aise dans ce genre d’exercice et la remontée spectaculaire du Parti travailliste dans les sondages font peser beaucoup d’incertitude sur ce scrutin.

► à (re)lire: Elections au Royaume-Uni: les Nord-Irlandais peu enthousiastes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail