Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: le parti CHP lance une «marche pour la justice»

Kemal Kiliçdaroglu, le chef du parti CHP, à la tête de la «marche pour la justice» lancée ce jeudi 15 juin.
Kemal Kiliçdaroglu, le chef du parti CHP, à la tête de la «marche pour la justice» lancée ce jeudi 15 juin. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Turquie, une «marche pour la justice» lancée à l’appel du parti d’opposition CHP a débuté ce jeudi 15 juin à Ankara et doit se terminer à Istanbul dans près d’un mois. A l’origine, la condamnation d’un député du CHP à 25 ans de prison ferme pour espionnage.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

Les députés de l’opposition ont d’abord quitté le Parlement pour dénoncer un jugement politique. Le chef du parti CHP, Kemal Kiliçdaroglu, a ensuite annoncé cette grande marche depuis Ankara jusqu’à la prison d’Istanbul, où se trouve le député incarcéré pour avoir transmis à la presse des secrets d’Etat.

L’événement est symbolique : c’est la première fois depuis des mois que le CHP ose, en plein état d’urgence, sortir dans la rue. Le parti a déjà reçu le soutien de la gauche pro-kurde, de syndicats, d’associations. Avec un seul mot d’ordre : « justice », plus de justice pour la Turquie.

Le mouvement espère rassembler le plus grand nombre de sympathisants sur la route durant la vingtaine de jours que doit durer la marche. Le parti au pouvoir, l’AKP, dénonce lui une entrave à la justice. Les partisans les plus zélés du président Erdogan ont promis sur les réseaux sociaux de ne pas laisser faire le mouvement et d’interrompre la marche. Par la force s’il le faut.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.