Italie

Menace de blocage des ports aux migrants: Rome doit dialoguer, dit Bruxelles

Des migrants attendent de débarquer du Phoenix, le navire de la Migrant Offshore Aid Station (MOAS) dans le port sicilien de Catane, le 6 mai 2017.
Des migrants attendent de débarquer du Phoenix, le navire de la Migrant Offshore Aid Station (MOAS) dans le port sicilien de Catane, le 6 mai 2017. REUTERS/Antonio Parrinello

La Commission européenne a appelé jeudi l'Italie, qui a menacé de bloquer l'entrée de ses ports à certains bateaux transportant des migrants, à n'en rien faire avant d'en avoir discuté avec les autres Etats et les ONG.

Publicité

Confrontée à des arrivées continues sur ses côtes, l'Italie a menacé mercredi de ne plus accepter l'entrée de ses ports aux bateaux étrangers transportant des migrants secourus en Méditerranée, ont indiqué les médias italiens et une source proche du gouvernement italien.

Rome se plaint d'être livrée à elle-même face à la crise migratoire, et appelle à davantage de solidarité de la part de ses partenaires européens. Le pays a enregistré depuis le début de l'année plus de 73 300 arrivées de migrants, en provenance de Libye pour la plupart.

« Nous comprenons les inquiétudes de l'Italie et nous soutenons son appel à un changement de la situation », a déclaré jeudi une porte-parole de la Commission, Natasha Bertaud.

Mais « tout changement de politique devrait d'abord être discuté avec les autres Etats membres et aussi communiqué correctement aux ONG qui utilisent ces bateaux pour qu'elles aient le temps de se préparer », a-t-elle ajouté.

Discussions le 6 juillet

Plus de 10 200 migrants ont été secourus entre dimanche et mardi au large de la Libye. Les garde-côtes italiens coordonnent ces opérations de sauvetage, mais de nombreux bateaux étrangers, y compris plusieurs affrétés par des ONG, y participent.

Les migrants sont ensuite transportés vers des ports italiens où ils sont hébergés dans des centres d'accueil dont la capacité est saturée.

« On ne peut plus continuer comme ça », a affirmé une source proche du gouvernement italien interrogée par l'AFP.

La Commission a suggéré que les préoccupations de Rome fassent l'objet d'une discussion approfondie entre les 28 lors d'une réunion des ministres de l'Intérieur prévue le 6 juillet à Tallinn, en Estonie.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail