Luxembourg

Luxembourg: une loi sur mesure pour les activités spatiales commerciales

Une montgolfière passe devant la lune à Rancho Santa Fe, en Californie, en septembre 2015, deux nuits avant une éclipse totale.
Une montgolfière passe devant la lune à Rancho Santa Fe, en Californie, en septembre 2015, deux nuits avant une éclipse totale. REUTERS/Mike Blake

Depuis ce mardi 1er août, une loi luxembourgeoise est entrée en vigueur pour encadrer toutes les activités spatiales à caractère commercial, et en particulier la prospection et l'exploitation de minerais et autres matières premières, connues ou non. Le Grand-Duché entend prendre de vitesse le monde entier dans un domaine qui, à terme, pourrait s'avérer rentable.

Publicité

Avec notre correspondant régional,  Quentin Dickinson

L’idée, c’est d’aller chercher sur la Lune, sur les planètes et sur les astéroïdes les plus proches, les matières premières qui y existent en abondance, pour les ramener sur Terre et, dans le cas précis de la glace qui peut être transformée en eau ou en hydrogène pour l’utiliser à bord de stations spatiales ou de satellites. Cette potentielle source inépuisable de carburant laisse aussi entrevoir la possibilité de voyages habités de longue durée dans l’espace.

Le Luxembourg se positionne donc en champion mondial de cette activité potentielle, en offrant aux entreprises une base juridique sur mesure, ainsi que les services de la place financière du Grand-Duché, deuxième au monde en matière de fonds d’investissement. Le capital risque pourra s’appuyer sur la garantie de l’Etat luxembourgeois, qui au passage sera également actionnaire des initiatives les plus prometteuses.

Précédemment, cette méthode s’était avérée très rentable pour le Luxembourg dans le domaine des satellites de télécommunication. Depuis que les intentions de ce pays ont été officialisées il y a moins d’un an, une soixantaine d’entreprises et plusieurs Etats d’Europe et d’autres régions défilent ici, convaincus du risque de rater le coche d’une affaire en or et où les concurrents sérieux ne sont pas encore légion.

Nous comptons 14 000 objets célestes qui tournent autour de la terre et qui sont accessibles.

Etienne Schneider, vice-Premier ministre luxembourgeois

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail