Accéder au contenu principal
Revue de presse des Balkans

A la Une: la Macédoine et la Bulgarie signent un traité d'amitié «historique»

Le Premier ministre bulgare Boyko Borissov (à gauche) et le Premier ministre macédonien Zoran Zaev (à droite) signent un accord de bon voisinage, à Skopje, le 1er août 2017.
Le Premier ministre bulgare Boyko Borissov (à gauche) et le Premier ministre macédonien Zoran Zaev (à droite) signent un accord de bon voisinage, à Skopje, le 1er août 2017. AFP / Robert ATANASOVSKI

Publicité

Par Simon Rico

La Macédoine et la Bulgarie signent un traité d'amitié « historique », sans parler des sujets qui fâchent

Est-ce le début d’une amitié sans nuages ? Après 75 ans de relations compliquées et ambiguës et la récente éviction du VRMO-DPMNE du pouvoir à Skopje, la Macédoine et la Bulgarie ont signé mardi 1er août un traité de « bon voisinage ». En évitant de parler des sujets qui fâchent.

Depuis le 24 juillet, les journalistes et administrateurs du quotidien d’opposition turc Cumhuriyet sont sur le banc des accusés. Un procès symptomatique de la dégradation des relations entre le journalisme et le pouvoir toujours plus autoritaire du président Erdoğan.

Après l'Estonie et la Géorgie, c'est au Monténégro que le vice-président américain Mike Pence a terminé mardi sa première tournée en Europe. À Podgorica, il a participé à un sommet régional. Une visite directement placée sous le signe de la confrontation avec Moscou.

Jusqu’à l’an dernier, mentionner la Macédoine à Washington ne suscitait qu’un haussement d’épaules. Mais les choses ont changé : la droite américaine s’intéresse désormais de près à la « grande bataille » qui se déroule autour de Skopje. Avec dans le rôle de la « bête noire », le milliardaire philanthrope George Soros. Premier volet d’une enquête de l’OCCRP et de NOVA TV.

Ismail Morina est recherché par la justice serbe pour avoir fait voler un drone portant le drapeau de la Grande Albanie lors d’un match de football qui opposait l’Albanie à la Serbie, le 14 octobre 2014 à Belgrade. Il a demandé l’asile politique en Croatie pour échapper à la demande d’extradition émise par la Serbie à son encontre.

La chef de la branche locale de Kostinbrod du Front national pour le salut de la Bulgarie (NFSB), une formation d’extrême droite qui participe au gouvernement de Boïko Borissov, a été arrêtée. La police la soupçonne d’être membre d’un réseau de trafic de migrants.

Les médecins croates partent à l’étranger à la recherche de meilleures conditions de travail. Alors que le pays a perdu plus de 500 médecins depuis son entrée dans l’UE, en 2013, de jeunes professionnels mettent en garde : ils ne veulent pas être les « esclaves du système ».

C’est un symbole de Banja Luka, la capitale de l'entité serbe de Bosnie : la turbe de Safikada, une jeune fille musulmane qui, selon la légende, se serait suicidée à cause d’un amour impossible pour un beau soldat turc ou pour un Autrichien, a été détruite en même temps que la mosquée Ferhadija, en 1993. L’office du tourisme parle de le reconstruire, mais rien n’est encore fait.

La Roumanie s’est jointe à la Slovaquie, la République tchèque, la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie et la Croatie dans leur campagne contre les « doubles standards pour la qualité des denrées alimentaires ». Ils dénoncent les différences de qualité de certains produits de grands groupes agroalimentaires selon les pays où ils sont commercialisés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.