Italie / Migrations internationales

L'Italie enregistre une forte baisse des arrivées de migrants

Des migrants attendent de débarquer dans le port de Naples, le 28 mai 2017.
Des migrants attendent de débarquer dans le port de Naples, le 28 mai 2017. REUTERS/Ciro De Luca

Les arrivées de migrants sur les côtes de l'Italie sont en forte baisse ces dernières semaines, environ 13 500 arrivées depuis le 1er juillet, contre 30 500 sur la même période en 2016, soit une baisse de 55%. Plusieurs raisons ont été avancées pour expliquer ce phénomène, y compris des raisons politiques, mais encore faudrait-il que cette tendance se confirme à plus long terme.

Publicité

Les garde-côtes libyens, dont l'Union européenne a formé une centaine et qui disposent de vedettes fournies par l'Italie, semblent faire preuve d'une nouvelle fermeté face aux passeurs de migrants. Et ce d'autant plus qu'ils sont appuyés depuis peu par des navires militaires italiens dans les eaux libyennes.

Cet accord a été conclu par Fayez el-Sarraj, le chef du gouvernement libyen d'entente nationale, mais a été critiqué par son rival Khalifa Haftar, à la tête de l'armée nationale libyenne. Les deux dirigeants libyens rivaux s'étaient retrouvés fin juillet à Paris, sous l'égide du président Emmanuel Macron, pour parler réconciliation et aussi, sans doute, contrôle des migrants.

Khalifa Haftar a sa propre idée pour contenir les flux de candidats au départ venus de toute l'Afrique, cela doit être fait à la frontière sud du pays, avec des formations pour les garde-frontières, des armes, des munitions, des lunettes de vision nocturne, mais surtout avec des véhicules adaptés au sable, des détecteurs, des drones et des hélicoptères. Bref, selon lui, un programme d'environ 17 milliards d'euros que les pays européens devraient financer collectivement sur une vingtaine d'années.

Pour l'instant, la baisse des arrivées de migrants en Italie pourrait s'expliquer aussi par des accords entre l'Union européenne et les pays de transit, ainsi que ceux de départ des migrants.

A (re) lire : Migrants: le code de la discorde en Méditerranée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail