Accéder au contenu principal
Espagne/Terrorisme

Attentat de Barcelone: les messages de soutien aux Espagnols affluent

Les policiers sur les lieux de l'attaque à Barcelone le 17 août 2017.
Les policiers sur les lieux de l'attaque à Barcelone le 17 août 2017. Josep LAGO / AFP
Texte par : RFI Suivre
7 mn

De nombreux chef d’Etats et responsables politiques ont exprimé ce jeudi 17 août leur soutien aux Barcelonais, suite l'attaque meurtrière au camion qui a frappé le cœur de la capitale catalane revendiquée par le groupe Etat islamique.

Publicité

« Toute l'Espagne est aujourd'hui Barcelone »

En Espagne, le chef du gouvernement Mariano Rajoy a tenu à se montrer inflexible face à la menace terroriste. « Les terroristes ne vaincront jamais un peuple uni qui aime la liberté face à la barbarie », a-t-il tweeté. « Ils ne nous terroriseront pas. Toute l'Espagne est Barcelone. Les Ramblas appartiendront de nouveau à tous », a écrit le palais du roi espagnol Felipe VI. « Ce sont des assassins, toute l’Espagne est aujourd’hui Barcelone », a-t-il ajouté.

Le président français Emmanuel Macron a été l’un des premiers chefs d’Etat à exprimer la « solidarité de la France » au peuple espagnol. « Toutes mes pensées et la solidarité de la France pour les victimes de la tragique attaque à Barcelone. Nous restons unis et déterminés », a déclaré le président Macron sur Twitter.

La maire PS de Paris Anne Hidalgo dont la ville a également été dernièrement frappée par des attaques terroristes à elle aussi réagit. « J'adresse un message de solidarité à mon amie Ada Colau et à tous les Barcelonais. Les Parisiens sont à leurs côtés. Barcelone et Paris sont des villes de partage, d'amour et de tolérance. Ces valeurs sont plus fortes que ce terrorisme odieux et lâche », a-t-elle écrit sur Twitter.

Christian Estrosi, le maire Les Républicains de Nice, elle aussi durement touchée par une attaque au camion le 14 juillet a exprimé son « Effroi après l'attaque terroriste à Barcelone. La ville de Nice est solidaire des Barcelonais. Soutien aux victimes de cette attaque ignoble ».

L’ancien Premier ministre Manuel Valls qui est né à Barcelone a lui aussi fait part de son émotion sur le réseau social. « Barcelone frappée à son tour. Je suis bouleversé. Je pense aux victimes et à leurs proches. La guerre contre le terrorisme est bien notre défi », a-t-il écrit sur Twitter.

 

Outre Atlantique, le président américain Donald Trump a lui aussi condamné l'attaque terroriste en promettant l'aide des Etats-Unis aux autorités espagnoles. « Les Etats-Unis condamnent l'attaque terroriste de Barcelone, en Espagne, et feront tout ce qui est nécessaire pour aider, a indiqué le président américain sur Twitter. Soyez courageux et forts, nous vous aimons ! », a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine a quant à lui appelé la communauté internationale à « unir ses efforts » pour une lutte « sans compromis contre les forces du terrorisme ». « Ce qui s'est passé confirme une fois de plus la nécessité d'une unification véritable des efforts de toute la communauté mondiale dans une lutte sans compromis contre les forces du terrorisme », a déclaré Vladimir Poutine dans un télégramme de condoléances au roi d'Espagne Felipe VI, qualifiant l'attaque de « crime cruel et cynique ».

Le Royaume-Uni, frappé par plusieurs attentats au cours des derniers mois, est « solidaire de l'Espagne contre le terrorisme », a réagi la Première ministre britannique après l'attaque de Barcelone. « Mes pensées vont aux victimes de la terrible attaque survenue aujourd'hui à Barcelone et aux services d'urgence (...). Le Royaume-Uni est solidaire de l'Espagne contre le terrorisme », a déclaré Theresa May.

Le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel a de son côté dénoncé l'attaque « révoltante » commise à Barcelone. « Nous pensons avec une profonde tristesse aux victimes de l'attaque révoltante de Barcelone - avec solidarité et amitié aux côtés des Espagnols », a déclaré Steffen Seibert sur son compte Twitter.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a appelé dans un communiqué « le monde civilisé à lutter contre le terrorisme ». « Israël condamne fermement l'attentat terroriste à Barcelone (...) a-t-il affirmé. Nous avons vu de nouveau ce soir que le terrorisme frappe partout. Le monde civilisé doit le combattre ensemble pour le vaincre ».

Au Vatican, le pape François a, lui, fait part jeudi de sa « grande préoccupation » et de sa proximité avec le peuple espagnol. « Le Saint-Père a appris avec une grande préoccupation ce qui est en train de se passer à Barcelone », a annoncé dans un communiqué le porte-parole du Vatican, Greg Burk. « Le pape prie pour les victimes de cet attentat et désire exprimer sa proximité avec tout le peuple espagnol, en particulier les blessés et les familles des victimes », a-t-il ajouté.

Le sport espagnol fait part de sa consternation

Le monde du sport espagnol a, lui aussi, faut part de sa tristesse après l’attaque. « Consterné par les informations en provenance de Barcelone. Tout mon soutien et ma solidarité aux familles et aux amis des victimes », a publié la star portugaise du Real Madrid Cristiano Ronaldo sur son compte Twitter.

Le tennisman Rafael Nadal et le basketteur Pau Gasol, immenses figures du sport espagnol se sont dits « détruits par ce qui s’est passé à Barcelone ». « Non au terrorisme. Non au terrorisme. Non à la dictature de la peur », s’est exclamé Sergio Ramos, l’emblématique défenseur de l’équipe de football espagnole et capitaine du Real Madrid.

Avec AFP

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.