Ukraine/Corée du nord

L'Ukraine veut prouver qu'elle n'a rien à voir avec les missiles nord-coréens

Une photo non datée d'un tir de missile diffusée par l'agence de presse nord-coréenne KCNA le 7 mars 2017.
Une photo non datée d'un tir de missile diffusée par l'agence de presse nord-coréenne KCNA le 7 mars 2017. NORTHKOREA-MISSILES/DEFENCE KCNA/via REUTERS/File Photo

Il y a trois jours, le 14 août, le New York Times publiait une enquête établissant un lien entre les missiles intercontinentaux testés par la Corée du Nord et des moteurs de missiles de technologie ukrainienne. La publication a déclenché une levée de boucliers en Ukraine. Le président Petro Porochenko a ordonné une enquête, mais un peu tard.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

Prouver que l'Ukraine n'a rien à voir avec les moteurs des missiles nord-coréens, et trouver la source des fausses informations visant à discréditer le pays, Petro Porochenko a fixé des objectifs clairs à ses services de sécurité.

Sa décision d'ouvrir une enquête intervient pourtant plus de deux jours après la publication de l'article du New York Times. Entre temps, plusieurs éléments sont déjà venus relativiser les allégations du journal, et disculper l'Ukraine.

Il est peu probable que l'initiative de Petro Porochenko produise des résultats incontestés. Il a donné seulement trois jours aux enquêteurs pour étudier un cas potentiellement très complexe, et l'annonce de l'enquête semble déjà contenir les résultats qu'il en attend.

Au lieu d'être une recherche de vérité, l'enquête présidentielle s'apparente plus à un geste d'agacement. L'exécutif ukrainien est outré d'être accusé d'association avec le régime voyou de Pyongyang. Et ce, à un moment où la Maison Blanche considérait la livraison d'armes létales à l'Ukraine pour l'assister dans son effort de guerre, des armes attendues depuis des années.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail