Accéder au contenu principal
Belgique / Terrorisme

Belgique: une repentie du jihad auprès de jeunes élèves contre la radicalisation

Le marché de Molenbeek, commune de Bruxelles qui a abrité plusieurs jihadistes partis en Syrie.
Le marché de Molenbeek, commune de Bruxelles qui a abrité plusieurs jihadistes partis en Syrie. REUTERS/Yves Herman
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Comment dialoguer avec une personne radicalisée ? C'est pour répondre à cette question et alors qu'elle a elle-même été radicalisée, que Laura Passoni, mère de famille belge partie en Syrie en 2014, a écrit un livre. Il s'intitule Comment réagir face à une personne radicalisée ? Avec son coauteur, Hicham Abdel Gawad, historien des religions, ils sont allés à la rencontre de plus de 1 200 élèves en Belgique, pour faire de la prévention. Il faut dire qu'un rapport fédéral fait état de propos et comportements radicalisés dans des écoles maternelles en Flandre.

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles,  Laxmi Lota

Elle est revenue de Syrie en 2015, a été déradicalisée. Depuis un an, Laura Passoni, 31 ans, a rencontré plus de 1 250 élèves dans toute la Belgique. Les jeunes de 13 à 18 ans n'ont pas hésité à lui poser des questions très directes. « "Est-ce que tu as vu quelqu’un mourir devant toi ?" Ils ont vraiment envie de savoir qu’est-ce que fait Daesch ? " Qu’est-ce que font les hommes  ?" et "maintenant comment tu as fait pour devenir normale ?" ».

Pour son coauteur, Hicham Abdel Gawad, salafiste dans sa jeunesse, aujourd'hui historien des religions, il est nécessaire d'intervenir dans les écoles en étant très concret face aux jeunes :

« Imaginez-vous comment fonctionnait la société de Mohammed dans ce désert basaltique. Qu'est-ce qu'on pouvait y manger, comment on pouvait voyager ? Est-ce que cette situation-là vous semble tout de suite applicable dans le monde d’aujourd’hui ou est-ce qu’il y a eu un petit peu de changement qui fait qu’on doit changer un petit peu notre façon de penser? »

Laura Passoni espère parler à un maximum d'élèves dans le pays. « C’est vraiment leur dire ne faites pas la même erreur que moi : n’allez pas raconter toute votre vie sur Facebook, n’allez pas parler à un inconnu, ne restez pas sur une seule opinion », conseille-t-elle.

Les enseignants saluent l'initiative. Avec ces ateliers, leurs élèves ont développé un esprit critique.

(Re) écouter : Les revenants du jihad : histoire, parcours et vie sous l’organisation de l'EI (7 milliards de voisins)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.