Accéder au contenu principal
Espagne

Espagne: le référendum catalan provoque de nombreux heurts

Face à face tendu entre la police et les électeurs catalans, à l'extérieur d'un bureau de vote de Barcelone, le 1er octobre.
Face à face tendu entre la police et les électeurs catalans, à l'extérieur d'un bureau de vote de Barcelone, le 1er octobre. REUTERS/Susana Vera
Texte par : RFI Suivre
8 mn

La police espagnole a fait usage de la force dimanche pour empêcher des milliers de Catalans de voter lors du référendum interdit sur l'indépendance de leur région, faisant plus de 90 blessés selon Madrid, et près de 850 blessés d'après les autorités catalanes. Des observateurs étrangers ont confirmé les violences pratiquées par les forces de l'ordre, mais tous les corps de police n'ont pas agi de la même façon.

Publicité

La justice a ouvert plusieurs enquêtes à l'encontre des « Mossos », les policiers catalans, accusés de ne pas être intervenus avec zèle pour faire respecter la consigne du gouvernement de Madrid et empêcher  les opérations de vote.

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a remercié les policiers anti-émeute et ceux de la garde civile espagnole, qui ont tenté d'empêcher les opérations de vote. « Aujourd'hui, il n'y a pas eu de référendum d'autodétermination en Catalogne. L'Etat de droit reste en vigueur avec toute sa force », a déclaré le dirigeant conservateur lors d'une allocution télévisée.

Confiscation des urnes

Après des face à face tendus dans la rue, entre Catalans qui souhaitaient voter et ceux qui voulaient défendre pacifiquement les bureaux de vote, après avoir chassé les électeurs en utilisant des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc, sans hésiter à les frapper parfois, la garde civile espagnole a commencé à  s'emparer méthodiquement des urnes.

Près de 300 bureaux de vote ont été fermés, selon les autorités catalanes. Parfois même, les membres des forces de l'ordre ont fait irruption cagoulés dans les bureaux encore ouverts, pour arracher les urnes. Plus de 800 personnes ont été blessées, disent les Catalans, un chiffre que la presse nationale espagnole confirme en partie.

Ici, on est habitués à user de la patience et de la tranquillité pour faire les choses. Pour preuve, toutes les manifestations qui ont eu lieu jusqu'ici, il n'y a jamais eu de problème. Et maintenant qu'il y a autant de policiers ici déployés, on se retrouve avec plein de blessés, donc je me demande bien qui est responsable des lésions, ce sont les policiers de Madrid.

La population choquée par l'intervention des forces de l'ordre

On a pu voir des scènes d'une grande violence diffusées sur les réseaux sociaux et de nombreux témoignages en font également état, y compris ceux des observateurs étrangers, une trentaine, présents à Barcelone dimanche.

Aujourd'hui j'ai vu un peuple en larmes et même à des moments en sang

Gérard Onesta, observateur invité à suivre le référendum

Une quarantaine d'organisations syndicales, politiques et sociales de Catalogne ont lancé dimanche un appel à la grève générale dans la région pour mardi, en réaction à l'intervention de l'Etat espagnol pour empêcher le référendum d'autodétermination interdit.


Andres est un Allemand qui ne votait pas mais qui accompagnait sa femme catalane au bureau de vote dimanche matin. Il a été battu par les policiers. Il a des contusions au visage et il témoigne au micro de Béatrice Leveillé, envoyée spéciale de RFI à Barcelone.

J'ai reçu un grand coup sur la face, ils ont rien dit, ils sont seulement venus battre les gens, ils ne se sont pas identifiés. Un homme de 83 ans aussi a été battu par la police...

Témoignage

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.