Accéder au contenu principal
Espagne

Espagne: la pression judiciaire et économique s’accentue sur la Catalogne

La plaque au nom du président catalan Carles Puigdemont, dans la chambre du Parlement catalan à Barcelone, le 5 octobre.
La plaque au nom du président catalan Carles Puigdemont, dans la chambre du Parlement catalan à Barcelone, le 5 octobre. REUTERS/Yves Herman
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La pression s'est fortement accrue jeudi 5 octobre sur les séparatistes au pouvoir en Catalogne. Les deux principales banques de la région menacent de transférer leur siège ailleurs en Espagne, tandis que la justice a interdit une séance parlementaire prévue lundi sur l'indépendance. Mariano Rajoy doit également réunir son gouvernement ce vendredi 6 octobre pour étudier de possibles nouvelles mesures, comme la suspension de l'autonomie régionale dont jouit la Catalogne. Carles Puigdemont a décidé pour sa part de repousser son intervention devant le parlement catalan à mardi.

Publicité

Avec nos correspondants à Madrid et Barcelone, François Musseau et Diane Cambon

La pression s'accroit sur la Catalogne alors que la région autonome menace de proclamer son indépendance. Une pression judiciaire d'abord, avec la décision de la Cour constitutionnelle de suspendre la session plénière prévue lundi au cours de laquelle l’exécutif régional devait analyser et présenter les résultats officiels du référendum sur l’indépendance.

C’était l’occasion pour le leader catalan Carles Puigdemont de déclarer dans la foulée l’indépendance unilatérale de la Catalogne. Ce que veut absolument éviter Madrid. Le chef du gouvernement espagnol a réitéré une fois de plus au chef de l’exécutif catalan de ne pas aller plus loin. Carles Puigdemont a décidé de repousser son intervention devant le parlement à mardi, afin d'évoquer « la situation politique ».

Des banques menacent de partir

Mais le gouvernement central a décidé de prendre aussi les devants dans le domaine économique et va faciliter la délocalisation des sièges des entreprises qui veulent partir de Barcelone. Le ministre de l’Economie a assuré qu’il préparait un décret pour permettre aux entreprises de sortir de façon express de Catalogne, et transférer leur siège dans une autre région d’Espagne.

Les deux grandes banques catalanes Caixabank et Sabadell ont annoncé qu’elles envisageaient de déplacer leur siège social à Palma de Majorque et à Alicante. Face à ce début d’exil des entreprises catalanes, le conseiller économique du gouvernement catalan, chargé des entrepreneurs, a demandé « un cessez-le-feu » entre Madrid et le gouvernement catalan afin d’éviter la nouvelle prise de mesure unilatérale et revenir à un climat plus serein propice au dialogue.

Les journaux tirent la sonnette d’alarme

Le quotidien de centre-gauche de référence El Pais confirme que la banque Banque Sabadell, une de plus importantes de Catalogne, fait ses valises pour aller s’installer à Palme, à Majorque aux Baléares; le même journal parle aussi du départ de Caixa Bank, une autre grosse entité financière, vers Alicante, dans la région valencienne.

Un véritable effet domino, affirme El Mundo, pour qui ces départs en cascades vont bientôt toucher d’autres secteurs et supposeraient une énorme de perte de richesse de la Catalogne. Cela inquiète aussi La Vanguardia, le titre de référence en Catalogne, soulignant le possible départ de Gaz Natural et Abertis, deux géants industriels. Quant à ABC, journal conservateur, il estime que c’est la conséquence de « l’imbécillité sécessionniste » et affirme que ce mouvement « ne va pas s’arrêter là ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.