Accéder au contenu principal
Espagne

Les partisans de l'unité espagnole font entendre leur voix

La manifestation de dimanche à Barcelone contre l'indépendance de la catalogne était organisée par l'Association de la société civile catalane.
La manifestation de dimanche à Barcelone contre l'indépendance de la catalogne était organisée par l'Association de la société civile catalane. REUTERS/Eric Gaillard
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Après des semaines de rue monopolisée par les séparatistes, voici que les partisans d’une Espagne unitaire et unie se sont très fortement mobilisés. Tout d’abord le samedi à Madrid et dans toutes les villes d’Espagne, et ce dimanche à Barcelone, avec des centaines de milliers de personnes tout le long de la Via Laietana. Et ce, alors que mardi soir le séparatiste Carles Puigdemont doit faire une déclaration unilatérale d’indépendance

Publicité

Avec notre correspondant à MadridFrançois Musseau

Il y a certainement un avant et un après. Jusque là, la rue était le monopole des sécessionnistes. Ce week-end, les partisans d’une Espagne unie, ceux qui s’opposent avec force à la séparation de la Catalogne, se sont prononcés. Ils sont sortis dans les rues et ont dit, c’est leur slogan, « retrouvons le sens commun ».

On assiste en effet à un réveil du nationalisme espagnol. Très majoritairement, il n’est pas radical, il dit simplement que la Catalogne c’est l’Espagne, que la moitié des Catalans ne veulent pas d’indépendance.

Ces défenseurs de la patrie disent qu’il est bon de voter, pas dans le cadre d’un référendum illégal, mais dans le cadre de législatives régionales. On les appelait jusqu’à alors la majorité silencieuse.

Ils ne sont plus silencieux. Reste à voir désormais comment va réagir l’autre moitié des Catalans, ceux qui sont déterminés à quitter l’Espagne et à fonder une République indépendante.


♦ TÉMOIGNAGE: «il n'y a pas eu de débat de fond sur l'indépendance»

Xavi est Catalan, il a 26 ans, et il est étudiant en mastère de relations internationales. Il est très engagé depuis 2012 pour une Catalogne indépendante. Selon lui, c'est Madrid qui a mis à mal depuis des années le statut de l'autonomie catalane, ce qui a provoqué une poussée indépendantiste. Mais il se demande concrètement en quoi l'indépendance consistera vraiment.

Propos recueillis par nos envoyés spéciaux à Barcelone, Véronique Gaymard et Richard Riffoneau

« Je ne sais pas ce que doit faire le gouvernement catalan. On dit qu'il pourrait proclamer l'indépendance, mais en fait, ça n'aurait pas d'effet concret, ce serait juste pour mettre la pression ! Il n'y a pas eu d'information, car il les partisans du NON ont boycotté le référendum. Il y a eu beaucoup de discussions informelles ces dernières années sur ce que signifierait une Catalogne indépendante, mais je pense malheureusement qu'il n'y a pas eu suffisamment de débats à ce propos. Je pense qu'il n'y a pas eu de débat de fond.

Si l'indépendance était proclamée, je ne sortirais pas la fêter, parce que ça ne serait pas une vraie indépendance, et je pense que tout le monde le sait. Pour le moment, on n'y est pas préparés. Pour qu'il y ait un processus d'indépendance, il faudrait des négociations avec l'Etat espagnol. D'après ce que les membres du gouvernement catalan ont annoncé, ils vont la proclamer. Mais ils ont dit aussi qu'ils souhaitaient une médiation et ils retardent cette annonce. On verra bien.

Ce dont on est sûr, c'est que rien ne sera comme avant. Beaucoup de choses vont changer, pour le meilleur ou pour le pire. Moi je me rangerai, comme beaucoup, du côté de la démocratie, de la paix, du dialogue, pour que ce conflit soit résolu par des voies démocratiques et pacifiques ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.