Europe

Frontières dans l'Europe: vers la création d'un système informatique unifié

Parlement européen à Strasbourg.
Parlement européen à Strasbourg. REUTERS/Arnd Wiegmann

Rendre les contrôles aux frontières plus fluides, tout en luttant contre le terrorisme. Telle est l’ambition du système informatique unifié dont vont se doter 28 Etats européens d'ici 2020. Il s'appliquera aux 26 pays de l'espace Schengen, ainsi qu'à la Roumanie et la Bulgarie. Ce registre commun d’entrées et de sorties a été adopté en session plénière mercredi 25 octobre par les députés européens.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg,  Anastasia Becchio

Le nouveau système permettra de mieux détecter « des criminels aux multiples fausses identités, comme ce fut le cas du terroriste qui a attaqué le marché de Noël de Berlin » en décembre dernier, a expliqué le rapporteur du texte. Il recensera les noms, numéros de passeport, empreintes digitales et photos de tous les ressortissants de pays tiers arrivant dans l’espace Schengen.

Un système auquel l’eurodéputé belge de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, Gérard Desprez, est favorable. « Munis de portiques automatiques, nous espérons - et ce sera sans doute le cas - réduire les temps d'attente lors des contrôles aux frontières, renforcer la qualité de ces contrôles, en détectant plus facilement les fraudes documentaires et les fraudes à l'identité », a-t-il expliqué devant le Parlement.

« On va multiplier les accès des forces répressives à des données sensibles »

Les informations stockées dans le nouveau registre seront accessibles aux autorités frontalières et à Europol, ce qui dérange Marie-Christine Vergiat, députée européenne de la Gauche unitaire qui s'est également exprimée devant ses collègues eurodéputés : « Sous couvert d'un droit à la sécurité bien légitime, on va multiplier les accès des forces répressives à des données sensibles, y compris en coopération avec les pays tiers. Sur ces bancs, nous refusons cette Europe "bunkérisée" qui bafoue ses propres valeurs. »

Certains pays comme la France souhaitent que ce système soit, à terme, étendu et vise aussi à contrôler les entrées et sorties des citoyens européens.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail