UE

Glyphosate: l’UE ne parvient toujours pas à trouver un accord

Des manifestants contre le glyphosate étaient présents devant la Commission européenne, ce jeudi 9 novembre.
Des manifestants contre le glyphosate étaient présents devant la Commission européenne, ce jeudi 9 novembre. EMMANUEL DUNAND / AFP

Comme lors de la dernière réunion il y a deux semaines, les experts des 28 États membres de l’Union européenne ne sont pas parvenus à se mettre d’accord ce jeudi 9 novembre sur l’avenir du glyphosate alors que sa licence arrive à échéance le 15 décembre. Après avoir proposé préalablement un renouvellement sur quinze ans puis sur dix, la Commission européenne propose désormais une période de cinq ans, mais ces revirements n’ont pas convaincu. Le temps presse donc de plus en plus, mais le blocage persistant n’est pas réellement une surprise car les Européens sont toujours aussi divisés.

Publicité

Avec notre bureau à Bruxelles,

Le camp des partisans du renouvellement de la licence du glyphosate a rassemblé quatorze pays lors du vote de ce jeudi. En face, ils étaient huit, dont la France et l’Italie, à s’y opposer ou à demander un renouvellement limité à trois ans. En fin de compte, le seul parti à avoir progressé est celui des abstentionnistes, ce qui laisse peu d’espoir de voir les Européens parvenir à un accord rapide.

D’une part, cela prouve qu’aucun des deux camps n’a réussi à convaincre puisque chacun perd deux votes par rapport à la dernière réunion. D’autre part, il faut pour l’emporter réunir une majorité imposante : 55% des pays qui doivent représenter 65% de la population. Une gageure si on considère qu’à la fois la Pologne et l’Allemagne se sont abstenues.

La Commission européenne espère toujours une décision d’ici l’échéance du 15 décembre et elle va réunir un comité d’appel soumis aux mêmes règles de vote. En cas d’absence d’accord, la main reviendrait à la Commission qui aurait alors le droit de décider seule. Une responsabilité qu’elle se refuse à assumer.

La perspective de se faire attaquer en justice par ceux qui menacent actuellement de le faire (à savoir à la fois par les agriculteurs et par Monsanto, l’inventeur de la substance), pourrait la pousser hors de ses retranchements et renouveler d’office la licence du glyphosate pour une période limitée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail