Accéder au contenu principal
Autriche

Autriche: une jeune Saoudienne à l’origine d’un «emoji» de femme voilée

Pour Rayouf Alhumedhi, cette émoticône est «un pas de plus en faveur de la diversité et de la tolérance».
Pour Rayouf Alhumedhi, cette émoticône est «un pas de plus en faveur de la diversité et de la tolérance». Twitter / Jennifer 8. Lee
3 mn

Rayouf Alhumedhi est placée par le magazine américain Time dans la liste des 30 adolescents les plus influents dans le monde en 2017. Pour cause, cette Saoudienne de 16 ans est à l'origine d'une émoticône hijab, pour représenter les musulmanes qui portent le voile.

Publicité

De notre correspondante à Vienne,

Tout commence en 2016 pour cette jeune lycéenne scolarisée à la Vienna International School, dans la capitale autrichienne. Originaire d’Arabie saoudite, elle est musulmane et porte le hijab.

Et s’étonne de voir qu’il n’existe aucune émoticône lui ressemblant lorsqu’elle envoie des textos à ses amis ou lorsqu’elle tchatche avec eux sur l‘application WhatsApp par exemple.

Elle contacte alors le consortium Unicode, qui contrôle les standards internationaux des émoticônes et exprime son incompréhension dans une lettre. « Près de 550 millions de musulmanes portent fièrement le hijab dans le monde. Pourtant, pas un seul espace ne leur est réservé sur les claviers », écrit-elle.

Sa campagne prend de l’ampleur lorsque plusieurs personnalités influentes la soutiennent. Parmi elles, le cofondateur de Reddit, un gigantesque forum de discussion sur Internet, ou encore une ancienne journaliste du New York Times.

Rayouf vient finalement d’obtenir gain de cause auprès d’Apple. La société propose depuis quelques jours la fameuse émoticône. Pour l’avoir, il faut être équipé d’un appareil de la marque et télécharger la dernière mise à jour.

Une nouvelle émoticône qui divise sur les réseaux sociaux

Parmi les internautes, certains se félicitent d’une plus grande représentativité sur les réseaux sociaux. Le nouveau pictogramme est d’ailleurs déjà très présent sur Twitter. Mais d’autres sont plus critiques.

Certains y voient la promotion d’un islam rigoriste sur Internet. Ainsi, le chef de file du FPÖ à Vienne, le parti d’extrême droite autrichien, a indiqué sur Facebook que cette initiative était « une folie ». Un message qui a été très partagé.

La jeune fille s’attendait à de tels commentaires. Dans une interview au journal autrichien Kurier, elle explique : « Je savais qu’il y aurait des réactions négatives. J’ai conscience du fait que certaines femmes subissent des pressions pour porter le voile. (...) Mais beaucoup de musulmanes, comme moi, choisissent de mettre un hijab. » En tout cas, le débat continue sur les réseaux sociaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.