Accéder au contenu principal
Nucléaire

L'Ican reçoit le prix Nobel de la paix en l'absence des puissances nucléaires

L'Ican, représentée par la survivante d'Hiroshima Setsuko Thurlow (au centre) et sa directrice Beatrice Fihn (D) reçoivent officiellement le prix Nobel de la paix à Oslo, le 10 décembre 2017.
L'Ican, représentée par la survivante d'Hiroshima Setsuko Thurlow (au centre) et sa directrice Beatrice Fihn (D) reçoivent officiellement le prix Nobel de la paix à Oslo, le 10 décembre 2017. NTB Scanpix/TBerit Roald via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'Ican, la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires, recevait ce dimanche après-midi 10 décembre le prix Nobel de la paix. La cérémonie s'est déroulée dans l'hôtel de ville d'Oslo en présence de survivants des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki. C'est d'ailleurs l'une d'entre eux, Setsuko Thurlow, qui a reçu le prix au nom de l'Ican. Mais ce qui a surtout marqué les esprits, c'est l'absence des trois grandes puissances nucléaires occidentales.

Publicité

Dans un signe de défiance apparent, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont décidé de bouder la cérémonie. Contrairement à l'usage, aucune de ces puissances n'a envoyé son ambassadeur. Seuls des diplomates de second rang étaient présents pour l'évènement.

Face à cette attitude, la directrice de l'Ican, Beatrice Fihn, a eu des mots très durs lors de la cérémonie. « Il faut choisir entre deux résultats : la fin des armes nucléaires ou notre fin à nous », a-t-elle ainsi lancé.

« Que les Etats-Unis choisissent la liberté plutôt que la peur. Que la Russie choisisse le désarmement plutôt que la destruction. Que la Grande-Bretagne préfère l'Etat de droit à l'oppression », a-t-elle poursuivi, invitant les autres puissances nucléaires à faire de même.

Après un témoignage émouvant, Setsuko Thurlow, la survivante du bombardement d'Hiroshima qui a reçu le prix Nobel au nom de l'Ican s'est, elle aussi, exprimée. « Neuf nations menacent encore d'incinérer des villes entières, de détruire la vie sur Terre, de rendre notre beau monde inhabitable pour les futures générations. »

Au tour de Berit Reiss Andersen, la présidente du comité Nobel, de conclure : « Les armes nucléaires sont si dangereuses que la seule mesure responsable est d'œuvrer à leur démantèlement et leur destruction. »

Le prix Nobel de la paix 2017 attribué à l'Ican, pour son combat anti-nucléaire

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.