Accéder au contenu principal
Russie / Droit de l'homme

Tchétchénie: pressions contre le responsable de l’ONG Memorial

Avenue Poutine dans le centre de Grosny, en novembre 2016. (Photo d'illlustration)
Avenue Poutine dans le centre de Grosny, en novembre 2016. (Photo d'illlustration) © Valery Matytsin\TASS via Getty Images
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Inquiétude des défenseurs des droits de l’homme en Russie après l’arrestation cette semaine du responsable de l’ONG Memorial en Tchétchénie. La police de cette République du Caucase russe affirme avoir trouvé de la drogue dans sa voiture, lui et ses proches parlent d’un coup monté. Oïoub Titiev est à la tête de l'antenne de Memorial à Grozny depuis l'assassinat en 2009 de son ancienne responsable Natalia Estemirova. Ce dimanche, l’avocat d’Oïoub Titiev annonce que la famille de son client a quitté la Tchétchénie pour une destination inconnue. Elle a subi des menaces de la part de la police tchétchène.

Publicité

Pour la famille d’Oïoub Titiev, les ennuis ont débuté rapidement après son arrestation mardi dernier. Comme le raconte l’ONG Memorial sur son site, des policiers ont brutalement investi sa maison dans le village de Kourtchaloï, à une quarantaine de kilomètres de Grozny. Ils étaient à la recherche de son frère et de son fils âgé de 28 ans, tous deux absents.

Furieux de ne pas les avoir trouvés, les policiers ont proféré des menaces envers les femmes présentes, puis les ont fait sortir avant de fermer la maison et de s’en aller avec la clé.

Selon l’avocat de Titiev, cité par Interfax, les pressions se sont poursuivies tout au long de la semaine. C’est donc « pour des raisons de sécurité » que ses proches ont quitté la Tchétchénie.

Selon Piotr Zaikin, la police tente d'obtenir des aveux du militant, en menaçant de s’en prendre à sa famille, une pratique courante en Tchétchénie.

Oïoub Titiev enquêtait sur les disparitions massives de personnes depuis la fin 2016. Ses collègues sont persuadés que les policiers ont eux-mêmes introduit la drogue dans sa voiture. Face au refus de la justice d’enquêter sur les agissements des forces de l’ordre, ils lancent un appel à tous les automobilistes passés au moment de l’arrestation et susceptibles de leur fournir un enregistrement de leurs caméras embarquées.

► (Re) lire : L’ONG Memorial publie une liste de prisonniers politiques en Russie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.