Accéder au contenu principal
Turquie

Syrie: intervention armée imminente de la Turquie d'Erdogan contre les Kurdes?

Convoi militaire turc photographié dans la ville de Reyhanli près de la frontière syrienne, le 17 janvier 2018.
Convoi militaire turc photographié dans la ville de Reyhanli près de la frontière syrienne, le 17 janvier 2018. REUTERS/Osman Orsal
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'armée turque s’apprête à mener une opération d’envergure dans le nord-ouest de la Syrie, dans des zones contrôlées par les Unités de protection du peuple (YPG, milices kurdes). Par exemple le canton d’Afrin. Depuis plusieurs jours, le président turc promet de « liquider les nids de terroristes » à la frontière de son pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

Officiellement, l'opération militaire n’a pas encore été déclenchée. Mais le ministre de la Défense confirme que l’armée turque a déjà procédé à des tirs d’artillerie sur le territoire syrien. Il y a eu, depuis quelques jours déjà, des mouvements de troupes et de matériels vers la frontière syrienne.

Aujourd’hui, le ministre de la Défense le confirme : l’armée turque bombarde des positions kurdes dans la région d’Afrin. Il n'y a pas encore de soldats turcs sur le sol syrien, mais ce n’est qu’une question de temps, si on lit entre les lignes ce qu’affirme le ministre de la Défense.

Les troupes de Moscou vont-elles se retirer ?

Ce dernier explique que l’armée turque prépare le terrain avec l’artillerie pour limiter les pertes lorsque l’opération contre Afrin va être déclenchée. Les autorités turques affirment aussi que les militaires russes, qui sont en poste dans cette région d’Afrin, sont en train de se retirer.

Une façon, pour Ankara, d’annoncer que l’opération devrait commencer d’ici très peu de temps puisque la Turquie pourrait difficilement mener une action militaire avec des forces russes sur place. Il faudra voir si Moscou confirme ce retrait mais vu d’Ankara, il semble que l'opération terrestre sera déclenchée très vite.

Khaled Issa est le représentant en France de ces Kurdes de Syrie. Il dénonce le projet d'offensive turque : « le prétexte turc pour dire qu'il faut garantir la sécurité de sa frontière est faux. La prétention territoriale de la Turquie pour occuper le nord de la Syrie n'est pas récente malheureusement. Pour le moment, nous avons préalablement attiré l'attention de la communauté internationale pour qu'ils mettent un terme à ces agissements agressifs de l'Etat turc. Mais si jamais l'armée turque avance, notre population se défendra. Les Unités de protection du peuple sont sur leur territoire, l'agresseur ne va pas pouvoir remporter beaucoup de succès »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.