Allemagne

Allemagne: le conflit social dans la métallurgie débouche sur un accord

Les travailleurs du groupe BMW en grève à Berlin, le 2 février dernier.
Les travailleurs du groupe BMW en grève à Berlin, le 2 février dernier. REUTERS/Christian Mang

Un conflit plus dur qu'à l'accoutumée s'achève dans un secteur central de l'économie allemande, la métallurgie. Un accord a été trouvé dans la nuit du 5 au 6 février 2018 dans la région du Bade-Wurtemberg. Il devrait être repris dans l'ensemble du secteur et pourrait par ailleurs influencer d'autres négociations salariales à venir dans les services ou la fonction publique. Les salariés obtiennent une hausse de salaires de 4,3 % sur deux ans et des primes. La possibilité de réduire la durée hebdomadaire du temps de travail figurait cette année au centre des négociations.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

Travailler moins pour vivre mieux. C’est ainsi qu'on pourrait résumer la philosophie de l’accord. Après des grèves d’avertissement depuis le début de l’année, le sixième round de négociations aura été le bon.

Les 4 millions de salariés de la métallurgie pourront, à partir de 2019, réduire s'ils le souhaitent leur temps de travail hebdomadaire de 35 à 28 heures pour une durée comprise en six mois et deux ans. Ils auront la garantie de pouvoir ensuite revenir à leur temps de travail antérieur.

Le syndicat professionnel IG Metall n’a en revanche pas pu obtenir de compensation salariale pour les salariés effectuant une pause. Ceux qui souhaitent s’occuper d’enfants en bas âge ou de seniors dépendants pourront toutefois choisir de transformer une hausse de salaire prévue en jours de congés supplémentaires.

Le président d’IG Metall Jörg Hofmann a parlé d’un « revirement » sur la question du temps de travail. Le patronat affirme dans un communiqué : « Cela permettra aux salariés de mieux combiner vie professionnelle et vie privée. »

Les employeurs ont obtenu en échange qu’un nombre plus important de salariés puissent travailler 40 heures par semaine au lieu de 35.

→ À relire : Jörg Hofmann, patron d’IG Metall, syndicaliste et européen convaincu

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail