Accéder au contenu principal
Italie

Le Mouvement 5 étoiles et l’extrême droite bouleversent la politique italienne

Un homme dans un bureau de vote à Rome, en Italie, le 4 mars 2018.
Un homme dans un bureau de vote à Rome, en Italie, le 4 mars 2018. REUTERS/Yara Nardi

En Italie, l’incertitude domine face aux premiers résultats des élections législatives, ce lundi 5 mars. Les résultats complets ne seront connus que dans la soirée, en principe, mais les tendances disponibles pointent déjà un profond changement politique. Le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, parti d’extrême droite, apparaissent en effet vainqueurs du scrutin.

Publicité

C’est un véritable bouleversement du paysage politique italien qui est en cours, rapporte notre envoyée spéciale à Rome, Juliette Gheerbrant. D’abord en raison du score du Mouvement 5 étoiles, qui est bien supérieur à celui attendu. Donné à 28 % dans les sondages, à deux semaines des élections, il atteint les 32 %.

Le M5S devient le premier parti d’Italie, ce qui était prévu, mais pas avec un tel résultat. « Si ces chiffres se confirment, il s'agira d'un triomphe du Mouvement 5 étoiles, d’une véritable apothéose qui attestera de la qualité du travail que nous avons réalisé », s’est félicité le député Alessandro Di Battista. En milieu de journée, Luigi di Maio, le dirigeant du mouvement, a revendiqué le droit de former un gouvernement.

Si l’arrivée en tête de la coalition de droite – avec environ 30 % des suffrages – était également prévisible, les observateurs ne s’attendaient pas à ce que l’extrême droite, avec les 17 % de la Ligue de Matteo Salvini, dépasse largement Forza Italia, qui se retrouve à 14 % des voix.

La Ligue «est devenue un parti vraiment lepéniste. Ils sont vraiment xénophobes»

Le rapport de force s’inverse au sein de cette coalition, où il semblerait que le retour de Silvio Berlusconi n’ait pas fait recette. En conséquence, Matteo Salvini a estimé ce lundi que la coalition a « le droit et le devoir de gouverner » et revendiqué pour lui la tête du gouvernement.

Enfin, de son côté, le Parti démocrate au pouvoir a été boudé par les électeurs. Il risque même de passer sous le seuil symbolique des 20 % à l’Assemblée nationale.

Pas de majorité de gouvernement

Savoir qui va gouverner, c’est la grande inconnue ce lundi matin. On sait que les tractations, qui ont d’ailleurs déjà commencé, vont être intenses. Le Mouvement 5 étoiles entend bien diriger les opérations.

Pour Alessandro Di Battista, « tous les partis vont devoir venir parler avec nous. Et ce sera probablement la première fois. Tous, devront venir nous parler […] en partant de nos propositions et de nos solutions pour le pays ». Sauf que Matteo Salvini, de son côté, s'est dit opposé à tout accord avec le M5S.

On constate donc, en tout cas, un virage très à droite en Italie, en particulier dans le nord, même si la Ligue réussit à obtenir désormais des voix dans tout le pays. Et dans le sud, c’est le virage 5 étoiles. Le parti a obtenu jusqu’à 40 % des suffrages dans certaines circonscriptions.

Prudence tout de même pour l’instant sur les projections en sièges, le dépouillement se termine à peine. C’est le président de la République Sergio Mattarella qui a désormais les clés d’un futur gouvernement en main.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.