Accéder au contenu principal
Grèce

Grèce: l'ancien ministre Yanis Varoufakis lance un nouveau parti anti-austérité

Athènes, le 26 mars 2018. L'ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis lance son nouveau parti en vue des législatives de septembre 2019.
Athènes, le 26 mars 2018. L'ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis lance son nouveau parti en vue des législatives de septembre 2019. REUTERS/Alkis Konstantinidis
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis continue sa carrière en politique. L'économiste a lancé son parti politique ce lundi à Athènes. Son nom : Mera25, acronyme de « Front de désobéissance réaliste européenne à l'horizon 2025 ». Dans un théâtre de la capitale grecque, il en a présenté les grandes lignes après une journée entière d'ateliers et de débats. Au coeur de son projet, le désir de construire une autre Europe.

Publicité

Avec notre correspondant à Athènes,  Charlotte Stiévenard

Le petit théâtre d'Ilisia est plein à craquer. C'est la fin de cette journée de présentation du parti de Yanis Varoufakis. Il explique que Mera25 a un but en particulier : « Nous sommes une large alliance de démocrates de gauche, de l'écologie, du libéralisme et du féminisme avec pour base commune la décision de mettre fin à la colonisation par la dette en Grèce. »

Un parti d'opposition à l'austérité donc, avec un objectif plus large que la Grèce. Mera25 fait partie du mouvement européen Diem25, créé lui aussi à l'initiative de Yanis Varoufakis et qui doit présenter la première liste transnationale aux prochaines élections européennes : « Ce n'est pas nous qui allons proposer la dissolution de l'Europe. Nous nous préparons simplement à nous battre main dans la main avec les démocrates de toute l'Europe. Soit l'Union européenne sera dissolue, soit nous y arriverons et nous serons sauvés. »

Pendant son discours, l'ancien ministre grec des Finances a reproché à plusieurs reprises au Premier ministre Alexis Tsipras d'avoir signé un troisième mémorandum avec les créanciers du pays. Alors que beaucoup reprochent à Yanis Varoufakis d'avoir fait durer les négociations trop longtemps, il affirme que si cela avait été lui, il n'aurait pas plié.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.