Hongrie

Législatives en Hongrie: un match déséquilibré entre pouvoir et opposition

Le Fidesz d'Orban ressemble à un rouleau compresseur face à une opposition qui peine à afficher son unité.
Le Fidesz d'Orban ressemble à un rouleau compresseur face à une opposition qui peine à afficher son unité. REUTERS/Bernadett Szabo

J-2 avant le vote des électeurs en Hongrie, des législatives à un seul tour. Viktor Orban serait en mesure d’obtenir un troisième mandat consécutif. Plus d’un électeur sur deux pourtant veut un changement, disent les enquêtes d’opinion. Mais ceux-là ont bien du mal à se faire entendre.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Budapest, Anissa el Jabri

La santé, l’éducation, la corruption sont les préoccupations les plus importantes des Hongrois. Mais ce sont aussi des sujets invisibles dans l’espace public. A la place, l’omniprésent présent thème d’une menace migratoire, avec un Premier ministre qui se pose en unique rempart.

« Viktor Orban est une personnalité charismatique, et il a un grand avantage : celui des ressources, explique Andras Pulai, directeur de l’institut de sondage Publicus. Il a énormément d’argent, il utilise les moyens de l’Etat pour mettre en avant ses priorités, ses amis oligarques contrôlent 80 % des médias, même la loi electorale est taillée sur mesure pour son parti. »

Une opposition émiettée

L’opposition est, elle, émiettée, à peine unie sur ce mot d’ordre de voter pour le mieux placé pour battre le parti au pouvoir. A l’électeur de se débrouiller et ça ne sera pas facile : « Cela peut être très perturbant pour les électeurs  d’opposition alors que ça fait un an qu’ils ont envoyé des messages très clairs : dans tous nos sondages, ils disent qu’ils veulent que l’opposition soit unie », poursuit Andras Pulai.

Aux législatives de 2014, déjà, l’OCDE avait livré cette conclusion : des élections libres certes, mais loin d’être équitables.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail