Accéder au contenu principal
Hongrie

Hongrie: le parti d'Orban remporte les législatives

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Budapest, après l'annonce des premiers résultats partiels des élections législatives.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Budapest, après l'annonce des premiers résultats partiels des élections législatives. REUTERS/Leonhard Foeger
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le dirigeant national-conservateur Viktor Orban, icône des droites populistes européennes, a remporté dimanche 8 avril ses troisièmes législatives d'affilée en Hongrie.

Publicité

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

Viktor Orban a gagné son pari. Avec 49 % des suffrages, son parti, le Fidesz, obtient la majorité des sièges au Parlement. Il pourrait même conserver la majorité des 2/3 qu’il avait dans l’assemblée sortante. Il faudra attendre le décompte des voix de l’étranger pour le savoir.

Pendant sa campagne, Viktor Orban a martelé le thème du péril migratoire. Un thème qui lui a rapporté beaucoup de voix dans les zones rurales, où la population est persuadée que la Hongrie est menacée par une nouvelle vague migratoire.

Le succès d’Orban est aussi dû à un système électoral inéquitable, qui donne des bonus au parti arrivé en tête. Enfin, la campagne n’a pas été très équilibrée. Car les medias publics et l’écrasante majorité des medias privés sont dans les mains des alliés de Viktor Orban. Ces journaux et chaines de télévision n’ont cessé de calomnier les politiciens d’opposition.

Ce qui a fait dire au président du parti d’extrême-droite, Gabor Vona : si les règles du match avaient été correctes, j’aurais félicité Viktor Orban. Mais je ne le ferai pas, car le match était inéquitable.


Reportage à la soirée électorale

Avec notre envoyée spéciale à Budapest, Anissa El Jabri

Drapeaux hongrois à la main ou même parfois carrément peints sur les joues, la foule entonne avec son Premier ministre un chant patriotique. Viktor Orban, brièvement durant quelques minutes de discours, salue ses partisans : « Je voudrais remercier ceux qui ont prié pour nous et pour moi. C'est une victoire historique qui nous offre la possibilité de continuer de nous défendre et de défendre la Hongrie ».

Défendre la Hongrie contre les migrants est le sujet essentiel pour ses électeurs. Il fuse, à peine on s’approche, pour poser des questions. « Vous venez d’où ? De paris ? Moi je n’aime pas Paris, témoigne un partisan d'Orban. Parce qu’à Paris vous aimez les migrants et nous pas du tout. C’est très dangereux la politique que mènent Paris et l’Europe. Orban, lui, est un homme fort, et nous les Hongrois avec les Polonais, les Slovaques, la République tchèque, on va pouvoir protester ensemble. »

Pendant la campagne Viktor Orban avait aussi prévenu : réélu, son objectif est de prendre des mesures « morales, politiques et juridiques ». Sur les plateaux télé ce dimanche soir son porte-parole déclarait déjà : « Il faut fermer les ONG ».

L’OSCE a annoncé une conférence de presse ce lundi à 14h. L’organisation évoquait dès dimanche soir des irrégularités non seulement dans le déroulement du vote, mais aussi pendant la campagne électorale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.