Bulgarie

Controverse en Bulgarie après la mise en examen d'une maire de quartier à Sofia

Une rue du centre ville de Sofia
Une rue du centre ville de Sofia ©an Kruger/Getty Images

C'est lа première opération menée par une nouvelle agence de lutte contre la corruption, créée au début de l'année. Ses proches soupçonnent le coup monté.

Publicité

Avec notre correspondant à Sofia,  Damian Vodénitcharov

Desislava Ivantcheva, maire du quartier de Mladost, à Sofia, a été arrêtée avec 70 000 euros en liquide, dans le coffre de sa voiture. Ce serait la première tranche d'un pot-de-vin d'un demi-million d'euros. L'arrestation d'Ivantcheva et de son adjointe est le fruit de plusieurs mois de travail et de mise sur écoute. Le parquet l'accuse d'extorsion : elle aurait refusé de signer des autorisations de construction sans dessous-de-table.

Ivantchéva, elle, dit être victime d'un coup monté. Elle s'était fait élire il y a deux ans, après avoir participé à des manifestations contre la construction sauvage. Pour la presse d'opposition, plusieurs détails sonnent faux : les autorités ont tout fait pour attirer l'attention. Ivantchéva a été arrêtée en plein jour dans le centre de Sofia, une grande artère s'est retrouvée bloquée. Elle a passé plusieurs heures debout, les menottes aux poignets, pendant que les agents comptaient les billets. Des politiques et des médias  étaient présents.

Ivantchéva s'est fait beaucoup d'ennemis en peu de temps, aussi bien au niveau de l'administration municipale que dans les milieux des affaires. Règlement de comptes ou corruption, le procès devrait apporter davantage de réponses.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail