Accéder au contenu principal
Hongrie

Hongrie: les pro-Orban s'attaquent aux ONG et à George Soros

Une affiche pour inciter les Hongrois à se prononcer lors de la consultation populaire contre Soros.
Une affiche pour inciter les Hongrois à se prononcer lors de la consultation populaire contre Soros. © RFI/Frédérique Lebel
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Alors qu'une nouvelle manifestation d'opposition est attendue ce samedi 21 avril, comme promis pendant sa campagne électorale, Viktor Orban poursuit sa feuille de route : renforcer en Hongrie la démocratie « illibérale » dont il s’est fait le chantre. Et cela passe par une nouvelle offensive des pro-Orban contre la société civile et les ONG.

Publicité

Cette nouvelle offensive tient en une liste étalée de deux pages sous le titre « Les hommes du spéculateur » : 200 noms d'employés d'ONG, d'enseignants et de journalistes, parfois avec leurs photos… Le « spéculateur » ainsi désigné est George Soros, l'homme d'affaires américano-hongrois ciblé comme ennemi public numéro 1 par Viktor Orban.

L'auteur de cette liste est un hebdomadaire pro-gouvernemental. Son initiative date de la semaine dernière, dans la foulée de la large victoire du parti au pouvoir aux législatives. Une liste qui émeut les organisations de la société civile et suscite les critiques du haut-commissaire aux droits de l'homme de l’ONU, alors que Viktor Orban s'en félicite.

George Soros sous pression

« J'encourage particulièrement les professionnels de la presse à dévoiler autant de réseaux et de collaborations que possible », a déclaré le Premier ministre hongrois ce vendredi. Les nuages s'amoncellent donc autour de la fondation Open society créée par George Soros. Elle pourrait d'ailleurs quitter Budapest. L'option est en tout cas sérieusement envisagée. Une loi dite « Stop Soros » doit être adoptée le mois prochain. Elle prévoit notamment de taxer à 25% les financements étrangers des ONG.

En parallèle, une nouvelle manifestation d'opposition est attendue ce samedi contre Viktor Orban accusé par ses détracteurs d'atteintes à l'Etat de droit. Il y a tout juste une semaine, des dizaines de milliers de personnes s’étaient déjà rassemblées pour dénoncer, dans la soirée du 14 avril, la réélection du Premier ministre. Il s'agit de l’une des manifestations les plus importantes de ces dernières années, dans ce pays d’Europe centrale comptant 9,8 millions d’habitants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.