Accéder au contenu principal
Espagne

Espagne: démission de la présidente de la région de Madrid, ex-étoile du PP

La présidente conservatrice de la région de Madrid Cristina Cifuentes a annoncé, mercredi 25 avril, sa démission.
La présidente conservatrice de la région de Madrid Cristina Cifuentes a annoncé, mercredi 25 avril, sa démission. REUTERS/Susana Vera
Texte par : RFI Suivre
2 min

Séisme dans la politique espagnole. La présidente de la région de Madrid, Cristina Cifuentes, 53 ans, a démissionné. Depuis un mois, le parquet a ouvert une enquête quant à la validité de son master de droit public. Car de nombreuses irrégularités semblent entourer ce diplôme.  Aujourd’hui, la vidéo d’un supposé vol commis par l’intéressée dans un supermarché en 2011 lui a été fatale.

Publicité

Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

Elle était la femme honnête du Parti populaire (PP), une fille de militaire intègre, une femme d’honneur. Telle était sa réputation au sein du parti au pouvoir à l’échelle nationale, une formation conservatrice éclaboussée par les affaires.

Celle qui fut députée dès 1991 et présidente de la région de Madrid depuis 3 ans, a dû renoncer à ses fonctions. Certes, Cristina Cifuentes demeure députée et présidente régionale du Parti populaire. Cela n’empêche que c’est une gifle considérable pour elle.

Les Espagnols sont en large majorité révoltés par un master plus que suspect et irrégulier qu’elle aurait obtenu de la part de l’université Juan Carlos à Madrid, en 2012.  L’intéressée nie, en rejetant la faute sur l’université.

Mais désormais, une vidéo virale, qui provoque soit le rire soit la colère d’une bonne partie de la population, aura précipité sa chute. Dans cette vidéo on voit Cristina Cifuentes rendre à un garde de sécurité des produits de beauté qu’elle avait emporté sans payer dans un supermarché. Elle dit que ce n’était pas son intention, mais tout un pays voit en elle une voleuse et une menteuse.

Le chef du gouvernement Mariano Rajoy, dont le style habituel est plutôt la passivité, n’a pas hésité à exiger sa démission. Au-delà d’une femme, c’est désormais la formation qui gouverne l’Espagne qui est un peu plus affaiblie, un peu plus salie par les scandales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.