Accéder au contenu principal
Allemagne / Migrations internationales

Allemagne: Merkel écrit à ses alliés de la coalition sur la question migratoire

La chancelière Angela Merkel lors de la conférence de presse après le sommet de l'UE, le 29 juin 2018, à Bruxelles, sur la question migratoire.
La chancelière Angela Merkel lors de la conférence de presse après le sommet de l'UE, le 29 juin 2018, à Bruxelles, sur la question migratoire. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Angela Merkel a envoyé une lettre à ses alliés de la grande coalition, les sociaux-démocrates et les chrétiens sociaux bavarois. Ces derniers mènent la vie dure à la chancelière, car ils réclament une politique migratoire plus restrictive. Angela Merkel doit donc les convaincre que les compromis trouvés au sommet européen jeudi et vendredi derniers répondent à leurs exigences. Les instances dirigeantes des deux partis conservateurs frères se réunissent ce dimanche 1er juillet pour discuter des résultats du sommet de Bruxelles.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

Après le sommet européen, Angela Merkel poursuit son marathon de négociations. Cette fois, la chancelière doit convaincre ses alliés bavarois que le compromis trouvé à Bruxelles est à même de satisfaire une CSU qui défend une politique migratoire plus restrictive.

Le ministre de l’Intérieur et patron des chrétiens sociaux bavarois Horst Seehofer avait posé un ultimatum à Angela Merkel. Faute de solution négociée, il veut dans les prochains jours refouler aux frontières allemandes les migrants déjà enregistrés dans un autre pays de l’Union européenne.

Dans un document envoyé à ses partenaires de la coalition, la CSU et le SPD, Angela Merkel précise que des engagements de principe lui ont été donnés par 14 pays qui accepteraient de reprendre les migrants déjà enregistrés sur leur sol.

Mais l’Autriche et l’Italie, deux pays par lesquels des migrants gagnent l’Allemagne ne font pas partie de la liste présentée par Angela Merkel. La CSU estime que le compromis de Bruxelles permet à Berlin de prendre des mesures unilatérales et de refouler ces personnes.

Le porte-parole de la chancelière s’est empressé de préciser que les conclusions du sommet européen prévoient que seules des mesures négociées avec les autres pays sont envisageables. Le conflit entre CDU et CSU n’est donc pas encore complètement désamorcé.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.