Serbie / Kosovo

Le président serbe assure que l’enquête sur le meurtre d’Ivanovic avance

Le président français Emmanuel Macron a rencontré, mardi 17 juillet 2018, son homologue serbe Aleksandar Vucic au palais de l'Elysée à Paris.
Le président français Emmanuel Macron a rencontré, mardi 17 juillet 2018, son homologue serbe Aleksandar Vucic au palais de l'Elysée à Paris. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le président serbe Aleksandar Vucic a été reçu ce mardi 17 juillet à l'Elysée par Emmanuel Macron, à la veille de la reprise à Bruxelles sous l'égide de l'UE, des discussions entre Belgrade et Pristina sur la normalisation des relations entre les deux pays. En attendant la conclusion d'un hypothétique accord incluant la reconnaissance du Kosovo par la Serbie, de nombreuses autres questions demeurent sans réponse, notamment sur l'identité des auteurs de l'assassinat de l'opposant serbe Oliver Ivanovic tué au Kosovo il y a six mois.

Publicité

Oliver Ivanovic a été abattu de six balles dans le dos le 16 janvier dernier alors qu'il arrivait à la permanence de son parti dans l'enclave serbe de Mitrovica. Six mois plus tard, l'enquête piétine. Aucune information n'a filtré sur les responsables ou les commanditaires de l'assassinat de cet homme politique serbe modéré du Kosovo et un fervent opposant à la ligne imposée aux Serbes du Kosovo par Belgrade.

« Malheureusement, ce ne sont pas les autorités serbes qui détiennent le pouvoir au Kosovo, affirme le président serbe Aleksandar Vucic. La Serbie n'a pas eu le droit de récolter les indices ni de mener l'enquête, ce sont les autorités de Pristina qui s'en sont chargées. Nous avons même demandé à certains services de renseignement étrangers de nous fournir les images satellites qui auraient pu nous mener jusqu'aux auteurs de l'attentat. On nous a répondu que ce jour-là il y avait du brouillard et qu'on ne voyait rien sur les images. Nous menons notre propre enquête et je pense que des progrès ont été réalisés ces dernières semaines. J'attends des réponses. Il n'y a pas de crime parfait et nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur ce crime, c'est pour nous une question fondamentale. »

De nombreux opposants doutent cependant de la sincérité des autorités serbes et kosovares de retrouver les auteurs de cette rare voix critique de Belgrade. L'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE) a estimé de son côté que la résolution de cet assassinat constituait un test majeur pour l'Etat de droit au Kosovo.

(Ré) écouter : Kosovo, ces crimes impunis qui demandent justice (Grand reportage)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail