Accéder au contenu principal
Pologne

Pologne: le pouvoir conservateur polonais accélère sa vaste réforme judiciaire

Des milliers de manifestants polonais se sont rassemblés devant le Palais présidentiel à Varsovie, le 26 juillet 2018.
Des milliers de manifestants polonais se sont rassemblés devant le Palais présidentiel à Varsovie, le 26 juillet 2018. Agencja Gazeta/Maciek Jazwiecki
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Jeudi 26 juillet, le président Andrzej Duda a signé une nouvelle loi pour accélérer la nomination d’un nouveau président de la Cour suprême. Cette institution est au cœur d’une bataille entre Varsovie et Bruxelles. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs dizaines de villes polonaises pour protester une nouvelle fois contre la réforme.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

Ils étaient plusieurs milliers de manifestants devant le Palais présidentiel à Varsovie et cela faisait longtemps que la participation n’avait pas été aussi élevée. Jeudi 26 juillet au soir, la tension était plus forte que d’habitude après que le président Andrzej Duda a signé une nouvelle loi de la vaste réforme de la justice.

Parmi les mécontents, Jaroslaw dont le moral est au plus bas depuis 2015. « Mon seul espoir est que Jaroslaw Kaczynski quitte la scène politique. C’est lui le responsable de tout ce qui arrive et sans lui le parti ne peut pas fonctionner. S’il disparait, toutes les fractions du parti vont se sauter à la gorge », explique-t-il.

Alors que des rumeurs se multiplient sur son état de santé, Jaroslaw Kaczynski, le président du parti PiS, a accordé une interview à la télévision publique polonaise, contrôlée par le pouvoir.

« Toute cette histoire qui circule en Europe et dans le monde contredit totalement les faits. C’est nous qui agissons pour que les tribunaux ne soient pas politisés mais qu’ils soient objectifs », s’est justifié l’homme politique.

Pour Jaroslaw Kaczynski, mettre au pas le Tribunal constitutionnel et la Cour suprême, c’est abolir la caste des juges et rendre la justice aux citoyens. Pour ses opposants, c’est mettre fin à la séparation des pouvoirs et par conséquent à l’Etat de droit en Pologne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.