Accéder au contenu principal
Ukraine / Economie

Ukraine: Antonov reprend la production en série de ses avions-cargo

Les gros porteurs construits par la société Antonov sont les plus gros avions au monde.
Les gros porteurs construits par la société Antonov sont les plus gros avions au monde. REUTERS/Valentyn Ogirenko
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Ukraine, un ancien géant de l'aéronautique soviétique est en train d'effectuer un virage à 180 degrés. On vient d'apprendre que le constructeur d'avions Antonov, dont les usines sont basées à Kiev, a décidé de reprendre sa production d'avions en série dès cette année. Antonov construit les plus gros avions du monde, mais le constructeur a décidé de se détacher du marché russe. Désormais, Antonov va s'approvisionner en pièces chez Boeing, et ça, c'est une vraie révolution.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan

Après avoir été, depuis sa création en 1946, un des fleurons de l'industrie aéronautique soviétique, la société Antonov est une des victimes collatérales de la guerre entre la Russie et l'Ukraine depuis 2014. En effet, il y a deux ans, les usines Antonov à Kiev ont dû complètement stopper leur production en série, et pour cause, plus de 60% des pièces détachées nécessaires à la production de ses avions provenaient de Russie.

Or, depuis quatre ans, l'Ukraine a décidé de réorienter son économie vers l'Europe et de nouveaux marchés internationaux, et ce en coupant au maximum les liens diplomatiques et économiques avec la Russie, considérée comme un pays voisin, certes, mais un pays agresseur.

Désormais, Antonov va reprendre la production en série de huit avions-cargos géants par an, les plus gros avions porteurs du monde, qui peuvent transporter jusqu'à 250 tonnes de fret, et pour cela, la société a passé un accord avec Aviall, une filiale de Boeing, qui va lui fournir les composants nécessaires et installer un entrepôt de pièces détachées non loin de Kiev.

A court terme, l'abandon des marchés russes peut être couteux pour l'Ukraine, mais Kiev espère mettre ainsi fin à une dépendance toxique que le long terme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.