Accéder au contenu principal
Allemagne / Société

Allemagne: le gouvernement adopte un projet de loi sur un «troisième genre»

Le top model tchèque Petr Nitka, ici lors d'un défilé à Mumbai en Inde, se considère d'un genre «neutre» (photo d'illustration)..
Le top model tchèque Petr Nitka, ici lors d'un défilé à Mumbai en Inde, se considère d'un genre «neutre» (photo d'illustration).. Sujit JAISWAL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Allemagne sera d'ici la fin de l'année le premier pays européen à reconnaître l'existence d'un troisième genre. Le Conseil des ministres a adopté mercredi matin 15 août un projet dans ce sens dont l'adoption à l'automne par le Parlement ne fait pas de doute. Le projet imposé par la justice est le fruit d'un laborieux compromis entre droite et gauche au sein de la grande coalition d'où des critiques des associations LGBT.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« Personne doit être discriminé en raison de son identité sexuelle ». La ministre de la Justice Katarina Barley a salué l'adoption par le Conseil des ministres ce mercredi d'un projet de loi légalisant pour la première fois en Europe un troisième genre.

Le mérite de cette loi revient à la Cour constitutionnelle qui ennovembre dernieravait été saisie du cas d'une personne intersexe. Le tribunal avait considéré la situation pour ces personnes - 80 000 en Allemagne d'après les experts -  discriminatoire et donné au législateur jusqu'à fin 2018 pour adopter une loi autorisant un troisième genre. « Nous sommes stupéfaits et sans voix », avait après ce jugement twitté l'association Troisième option qui soutenait le recours de la personne intersexe.

A l'avenir, à côté des mentions « masculin » et « féminin », les registres d'état civil allemands proposeront la mention « divers ».

Les associations LGBT saluent cette innovation et le fait que la mention « divers » ait été préférée à celle de « autres » jugée discriminatoire. Mais elles auraient aimé que le texte aille plus loin et que notamment une attestation médicale ne soit pas nécessaire.

Pour ces organisations, chaque personne le souhaitant devrait avoir la possibilité d'opter pour un troisième genre sans qu'un médecin n'ait à donner son avis.

Lire aussi : Christine Hallquist, première gouverneure transgenre des Etats-Unis?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.