Accéder au contenu principal
Italie / Immigration

Immigration: face aux menaces italiennes, l'UE tape du poing sur la table

Des réfugiés du «Diciotti» lors de leur débarquement à Catane le 26 août 2018.
Des réfugiés du «Diciotti» lors de leur débarquement à Catane le 26 août 2018. REUTERS/Antonio Parrinello
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les 150 migrants bloqués à bord du navire italien « Diciotti » depuis plus d'une semaine ont finalement été autorisés à débarquer dans le port sicilien de Catane. L'Eglise en Italie, l'Albanie et l'Irlande ayant accepté de les prendre en charge. Un dénouement salué par la Commission européenne qui tape également du poing sur la table face aux menaces italiennes.

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

« Les menaces sont inacceptables » a martelé le commissaire européen à la migration, Dimitris Avramopoulos. Le ton est sec, peu habituel de la part des membres de l'exécutif bruxellois. Mais l'agacement est palpable dans les couloirs des institutions européennes.

L'Europe veut avancer vers une solution structurelle et ne plus devoir gérer les bateaux les uns après les autres. A Bruxelles, on n'a guère apprécié les menaces et les ultimatums venus de Rome.

Les hommes forts du gouvernement italien ne cessent de répéter ces derniers jours que l'Italie allait revoir sa contribution au budget européen à la baisse faute de solidarité européenne dans l'accueil des migrants.

« Attaquer l'UE revient à se tirer une balle dans le pied » insiste le Commissaire européen à la Migration. Et de poursuivre : « Tous les pays membres sont tenus de respecter les obligations qui découlent de leur appartenance à l'UE ».

Comprenez : approvisionner le budget communautaire. La Commission européenne rappelle enfin que l'Italie a versé 13 milliards d'euros au budget européen en 2017, et non 20 milliards comme annoncé par les autorités italiennes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.