UE /

Bruxelles s'attaque à Amazon

Un colis Amazon photographié à Manhattan, en 2016.
Un colis Amazon photographié à Manhattan, en 2016. REUTERS/Mike Segar/File Photo

Après Google et Apple, c’est donc au tour d’Amazon de se trouver dans le viseur de Bruxelles. La combative Commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, se penche sur l’utilisation des données collectées par le géant du commerce électronique auprès de ses clients.

Publicité

Bruxelles soupçonne Amazon d’abuser de sa position dominante en matière de gestion de données. En cause : les informations collectées par le groupe américain, auprès des commerçants présents sur sa plateforme.

Sur le site d'Amazon, on peut en effet acheter des produits vendus directement par Amazon. Mais également, vendus par d'autres cyber marchands. Les données seraient, notamment, recueillies par le biais du système de paiement d’Amazon. Concrètement, la Commission européenne reproche au géant du commerce électronique d’exploiter ces données pour cibler ses offres et mieux vendre ses produits.

Trump vs Bezos

Dans le cadre de leur enquête, les autorités européennes de la concurrence ont envoyé des questionnaires aux marchands hébergés par Amazon. Le groupe américain pourrait se voir imposer une amende allant jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires mondial, qui s'élève aujourd'hui à près de 178 milliards de dollars.

L'UE n'est pas la seule à s'activer. Aux Etats-Unis également, le groupe de Seattle est ciblé par le président Donald Trump qui l'accuse de ne pas respecter les règles de la concurrence et de mettre en faillite les commerçants. Le président a demandé à son ministère de la Justice de trouver des infractions vis-à-vis des lois anti-trust.

Facebook, Google et Apple

Cela fait un moment que Bruxelles a dans le collimateur les Gafa, les géants du numérique. En mai dernier, le RGPD, le règlement européen sur la protection des données, est entré en vigueur. Les récents scandales liés à Facebook ont montré l’intérêt de protéger les données personnelles.

Facebook, mais également Google et Apple. Bruxelles a ainsi infligé à Google une amende record de 4,3 milliards de dollars, pour abus de position dominante dans le dossier Android. En jeu : ses pratiques anticoncurrentielles liées à sa version du système d'exploitation mobile Android pour smartphones. Enfin, le géant Apple a, lui aussi, été condamné pour des pratiques fiscales jugées illégales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail