UE

Répartition des migrants de l'Aquarius: l'ambiguïté européenne

Des migrants à bord de l'Aquarius, le 25 septembre 2018, après leur sauvetage au large de la Libye par le navire des ONG Médecins sans frontières et SOS Méditerranée.
Des migrants à bord de l'Aquarius, le 25 septembre 2018, après leur sauvetage au large de la Libye par le navire des ONG Médecins sans frontières et SOS Méditerranée. Maud VEITH / SOS MEDITERRANEE / AFP

Alors que le Portugal, l'Espagne, la France et l'Allemagne ont accepté de recevoir les 58 migrants de l'Aquarius, cette répartition montre une fois de plus les contradictions des Européens sur la question migratoire.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles,  Pierre Benazet

Au bout de 48 heures de tergiversations, quatre pays européens ont décidé d'accueillir sur leur territoire les quelque 58 migrants recueillis en Méditerranée par le navire humanitaire Aquarius.Un accord a été signé avec Malte pour que l'archipel accepte le transbordement dans ses eaux territoriales.

Dix-huit iront en France, 10 au Portugal ; l'Allemagne et l'Espagne en accueilleront 15 chacun. Cette répartition est le fruit d'un accord négocié directement entre les capitales et met en lumière une fois de plus les ambiguïtés et les contradictions des Européens sur la question migratoire.

En acceptant d'accueillir sur leur territoire les migrants de l'Aquarius, les quatre pays prenant part à cet accord avec La Valette permettent au navire de SOS Méditerranée d'accoster dans un port sûr comme le prévoit le droit maritime international. Aucune règle européenne ne joue en la matière et les pays de l'Union européenne montrent peu d'enthousiasme à appliquer le droit maritime.

En quête d'une « solution européenne »

En annonçant l'accord, le ministère portugais de l'Intérieur a d'ailleurs réclamé que soit trouvée « une solution européenne intégrée, stable et permanente » pour répondre au défi migratoire.

Le sommet européen de Salzbourg la semaine dernière n'a rien changé à ce qui avait été décidé lors du mini-sommet sur les migrations fin juin à Bruxelles. Convoqué après le feuilleton qui avait déjà placé l'Aquarius sous le feu des projecteurs début juin, ce sommet n'avait eu d'autre résultat que de préconiser des accords au cas par cas.

Ceci avait d'ailleurs permis dans les jours qui avaient suivi de trouver une solution rapide pour le navire Lifeline. Mais ce mode de fonctionnement semble représenter le contraire de l'esprit de la coopération européenne, censé être basé sur la solidarité et sur des modes d'action communs à tous les Etats membres de l'UE.


L'Aquarius cherche un pavillon

Dès que les conditions météos le permettront, les migrants seront transférés à bord d'un navire maltais qui les conduira à Malte. L'Aquarius, lui, reprendra sa route vers Marseille, son port d'attache où se trouvent les bureaux de l'ONG SOS Méditerranée. Le navire y stationnera jusqu'à ce qu'il retrouve un pavillon de navigation. Le Panama lui a retiré le sien le week-end dernier, sous pression de l'Italie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail