Espagne

Démantèlement d’un réseau de recrutement jihadiste dans les prisons espagnoles

Le ministère de l'Intérieur n'a pas précisé si les prisonniers étaient en lien avec l'organisation EI, ni s'ils planifiaient des attentats.
Le ministère de l'Intérieur n'a pas précisé si les prisonniers étaient en lien avec l'organisation EI, ni s'ils planifiaient des attentats. PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

Un réseau de recrutement et de radicalisation jihadiste présent dans 17 prisons espagnoles a été démantelé, ont annoncé ce mardi les autorités espagnoles.

Publicité

Des agents de la Garde civile « ont identifié et interrogé 25 détenus de différents centres pénitentiaires espagnols, accusés de faire partie d'un groupe proche de Daech [l'organisation Etat islamique, ndlr] dédié à la radicalisation d'autres prisonniers », a indiquéle ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Le groupe tentait de recruter

Le groupe, composé à la fois de détenus ayant des antécédents jihadistes et de radicalisés en prison, tentait de recruter et de « rassembler les détenus écroués pour des délits de terrorisme », précise le ministère.

Le ministère ne donne guère de détails sur l'activité du groupe, mentionnant seulement une « finalité prosélyte ». Il ne précise pas si les prisonniers étaient en lien avec l'EI, ni s'ils planifiaient des attentats.

Certains devaient être libérés

Certains d'entre eux devaient être prochainement remis en liberté. « Si l'enquête a débuté sur un détenu dans un centre pénitentiaire en particulier, l'activité illicite du groupe s'étendait à 17 centres, ce qui représente 55% des prisons abritant des prisonniers liés au terrorisme jihadiste », selon le ministère.

L'Espagne a été frappée en août 2017 par un double attentat revendiqué par l'organisation Etat islamique, à Barcelone et Cambrils, ayant fait 16 morts.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail