Accéder au contenu principal
UE / Climat

Automobile: Bruxelles veut baisser de 35% les émissions de CO2 d'ici 2030

Lors de la COP21, les Européens s’étaient engagés à réduire de 40% leurs émissions de gaz à effet de serre avant 2030.
Lors de la COP21, les Européens s’étaient engagés à réduire de 40% leurs émissions de gaz à effet de serre avant 2030. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La réunion, mardi à Luxembourg, des ministres européens de l'Environnement intervenait - c'est le hasard du calendrier - quelques heures seulement après la publication du rapport, particulièrement alarmant, des climatologues du Giec.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Luxembourg, Quentin Dickinson

Par les accords de Paris sur le climat, les Européens s’étaient notamment engagés à réduire de 40% leurs émissions de gaz à effet de serre avant 2030. La négociation, qui s’est terminée ici bien après minuit, avait pour objectif de fixer la réduction de dioxyde de carbone, en pourcentage par rapport aux niveaux de 2021, spécifiquement pour les voitures de tourisme et pour les utilitaires légers.

Deux camps se faisaient face : les partisans d’une réduction de 30%, emmenés par l’Allemagne et par la Commission européenne, et les dix-sept pays, dont la France, favorables à 40%. L’Autriche, qui présidait la réunion, tentait assez logiquement un compromis à 35%.

 → A (RE)LIRE : Réchauffement climatique: l’urgence de l’action par Jean Jouzel

C’est finalement ce dernier chiffre qui l’a emporté, mais assorti d’une flopée de mesures destinées à satisfaire tout le monde, dont une réduction limitée à 30% pour les camions et camionnettes de moins de 3,5 tonnes, et avec une clause de rendez-vous intermédiaire en 2023 pour affiner le tir.

La difficulté était tout à la fois de respecter les objectifs des accords de Paris, de satisfaire les pays les moins écologistes, tout en évitant de noyer les pays voisins de l’UE de centaines de milliers de véhicules déclassés parce que trop polluants.

Le texte devant les eurodéputés

« Nous partions d’une position des constructeurs automobiles qui étaient à moins 20%, commente au micro de RFI le ministre français François de Rugy, d’une position de la Commission appuyée par de grands pays comme l’Allemagne et la plupart des pays de l’est de l’Europe à moins 30% d’émission de CO2 pour les voitures en 2030. Nous, nous étions porteurs de moins 40. Un compromis s’est dessiné à moins 35. Ce qui est plus ambitieux que les positions précédentes et sans doute que la discussion avec le Parlement européen, qui va se poursuivre, va également tirer l’ambition vers le haut. »

Le texte final doit en effet désormais être discuté à partir de mercredi avec les membres du Parlement européen, favorables à un objectif plus ambitieux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.