Accéder au contenu principal
Italie / Migrations internationales

Italie: vers la fin des arrivées de migrants

Des migrants attendent de débarquer du navire «Vos Prudence» affrété par MSF, dans le port de Naples, en Italie, le 28 mai 2017.
Des migrants attendent de débarquer du navire «Vos Prudence» affrété par MSF, dans le port de Naples, en Italie, le 28 mai 2017. REUTERS/Ciro De Luca
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Il y a de moins en moins de migrants débarqués en Italie. Le ministère de l'Intérieur annonce une baisse spectaculaire du nombre de personnes qui ont rejoint les côtes de la péninsule. Avec parfois même des semaines entières sans aucune arrivée. Il y a des années que cela n'était pas arrivé.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome,  Anne Tréca

Depuis le mois de janvier, 23 000 personnes seulement sont arrivées par la mer en Italie. C'est 96% de moins qu'il y a deux ans. Ils sont partis de Libye et de Turquie. Ce sont surtout des Tunisiens, mais aussi des Erythréens, des Soudanais et des Pakistanais pour citer les plus nombreux.

Depuis le mois d’août, quand le ministre de l'Intérieur Salvini a bloqué dans un port pendant 10 jours les rescapés secourus par le bateau Diciotti, les débarquements ont même quasiment disparu. Ceux qui sont arrivés l'ont fait par leurs propres moyens, sans être secourus, le plus souvent des bateaux d'une dizaine de Tunisiens arrivés sur l'île de Lampedusa.

Matteo Salvini se vante donc d'avoir arrêté l'immigration. Il a en partie raison. D'autres facteurs ont empêché les migrants d'arriver : l'action des gardes-côtes libyens d'abord qui ont ramené à terre des centaines de candidats au départ, les accords passés par l'ancien gouvernement avec les milices libyennes responsables du trafic de migrants, et les revers subis dans le chaos libyen par ces mêmes milices désormais moins opérationnelles.

Pour le nombre d'arrivées par la mer, l'Italie est désormais passée derrière l'Espagne et la Grèce.

(Re) lire : Italie: le controversé décret-loi immigration-sécurité adopté au Parlement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.