Accéder au contenu principal
Ukraine / Religion

Ukraine: l'Eglise orthodoxe désormais indépendante

Le président ukrainien Poroshenko (d), le patriarche Bartholomée Ier (g) et Mgr Epiphane, à la tête de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine (c), lors de la cérémonie de signature du décret d'autocéphalie «Tomos» à l'église Saint-Georges d'Istanbul, le 5 janvier.
Le président ukrainien Poroshenko (d), le patriarche Bartholomée Ier (g) et Mgr Epiphane, à la tête de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine (c), lors de la cérémonie de signature du décret d'autocéphalie «Tomos» à l'église Saint-Georges d'Istanbul, le 5 janvier. OZAN KOSE / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C’est la concrétisation d’une décision historique pour l’Ukraine. Hier, 5 janvier, Bartholomée Ier, le patriarche oecuménique orthodoxe de Constantinople, ancien nom d’Istanbul, a signé le tomos d’autocéphalie, c’est-à-dire la déclaration d’indépendance de l’Eglise orthodoxe ukrainienne. Elle rompt ainsi avec l’Eglise russe. A Kiev et à Moscou, les réactions sont très vives.

Publicité

Avec notre correspondant à Lviv, Sébastien Gobert

La très célèbre et patriote romancière Oksana Zabouzhko ne le cache pas, elle en a eu les larmes aux yeux, tant la signature du Tomos est un évènement historique : « Dans le ciel de Kiev, on a vu le soleil pour la première fois en un mois. C’est un signe que l’on se réjouissait pour l’Ukraine là-haut ».

La décision de Constantinople met fin à plus de 300 ans de rattachement du clergé ukrainien à l’Eglise orthodoxe russe. Moscou conteste cette indépendance, soutenue par plusieurs autres patriarcats en Europe. Reste que l’Eglise russe risque de perdre le contrôle de milliers de paroisses et de plusieurs monastères prestigieux en Ukraine.

Le patriarche Bartholomée de Constantinople a signé à Istanbul le décret confirmant formellement la création d'une Eglise ukrainienne indépendante de Moscou, le 5 janvier 2019.
Le patriarche Bartholomée de Constantinople a signé à Istanbul le décret confirmant formellement la création d'une Eglise ukrainienne indépendante de Moscou, le 5 janvier 2019. OZAN KOSE / AFP

Beaucoup redoutent que l’application du Tomos n’engendre des controverses politiques en cette année électorale, voire des des violences entre paroissiens.  Il n’empêche que c’est un séisme dans la géopolitique religieuse, qui remet en cause l’ambition de Vladimir Poutine de faire de la Russie le leader du monde orthodoxe. Ironie de l’histoire : c’est en annexant la Crimée en 2014 et en soutenant une guerre à visage masqué dans l’est de l’Ukraine que le Kremlin a poussé à cette rupture civilisationnelle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.