Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / Brexit

Brexit: le Parlement britannique exige de Theresa May un plan B

La Première ministre Theresa May garde-t-elle sous le coude un plan alternatif pour le Brexit ? Nul ne le sait.
La Première ministre Theresa May garde-t-elle sous le coude un plan alternatif pour le Brexit ? Nul ne le sait. REUTERS/Toby Melville
Texte par : RFI Suivre
8 mn

Les députés britanniques ont infligé ce mercredi 9 janvier un nouveau camouflet cuisant au gouvernement en adoptant un amendement qui oblige la Première ministre Theresa May à présenter un nouveau plan de sortie de l'Union européenne si le premier n'est pas accepté mardi prochain.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

C’est un retour en fanfare pour les députés qui sont furieux face au jeu que joue, selon eux, le gouvernement depuis un mois. Ils l’ont d'ailleurs bien fait savoir ce mercredi après-midi en adoptant un amendement qui oblige le gouvernement à présenter sous trois jours – et non plus 21 comme prévu jusque-là – un plan B sur le Brexit si le texte de retrait est rejeté mardi prochain.

Les députés accusent Theresa May de poursuivre une stratégie du pourrissement. Ils en veulent pour preuve le report d'un mois du vote sur l'accord conclu avec l'UE. Selon eux, la Première ministre essaie de perdre le plus de temps possible jusqu’au 29 mars, date théorique de sortie du pays de l’UE, afin d'obliger des députés sous pression à approuver son traité de retrait faute d’alternative autre qu’un Brexit sans accord qui serait, de l’avis général, dommageable pour la prospérité du pays.

Les députés ont donc à nouveau montré qu’ils entendent bien reprendre les choses en main. Après ce camouflet, Theresa May va devoir adopter une autre tactique. Et si son texte est effectivement rejeté, annoncer un plan alternatif. En a-t-elle un qu’elle gardait dans sa manche ? Nul ne le sait. Et personne ne peut dire ce qui se passera en cas de vote négatif mardi prochain.

Mais même si le Parlement fait preuve d’autorité, il n’existe aucun consensus sur une solution alternative – une sortie sans accord, un nouveau référendum, un modèle norvégien... Theresa May espère que cela puisse jouer en faveur de son plan actuel.

Notre message aux députés est : écoutez le peuple, respectez la démocratie. Les gens ont voté pour quitter l’UE, c’était démocratique et on nous a dit que cela serait respecté.

Pro et anti-Brexit manifestent devant Westminster

Pour Jeremy Corbyn, chef du Labour, principal parti d'opposition, des élections législatives anticipées sont la solution pour débloquer la situation sur le Brexit.

Si le gouvernement ne peut faire passer ce texte extrêmement important, alors il doit y avoir une élection le plus tôt possible. C'est pourquoi je dis à Theresa May : si vous croyez vraiment que votre accord est bon, alors convoquez cette élection et laissez les gens décider. Dans le cas contraire, les travaillistes déposeront une motion de censure contre le gouvernement au moment où nous jugeons qu'elle a les meilleures chances de succès.

Jeremy Corbyn, chef de l'opposition travailliste

L'analyse de Sophie Loussouarn, spécialiste de la politique du Royaume-Uni, maître de conférence à l'université de Picardie

RFI : La stratégie de Theresa May est de passer en force concernant le texte de retrait de l'Union européenne. Mais rien ne dit que ce sera une stratégie gagnante ?

SL : Elle a en tout cas mis la pression sur les députés en leur faisant comprendre que s’ils ne votaient pas son accord, ils se dirigeaient vers un Brexit sans accord. Il semblerait que cette stratégie ne remporte pas les suffrages des députés et qu’elle ait beaucoup de mal à remporter la majorité le 15 janvier. A ce moment-là, soit nous nous trouvons devant un second accord qu’elle trouvera en trois jours et qui serait voté ; soit nous nous trouvons face à un Brexit sans accord qui est une situation que rejettent 200 députés, ce n’est pas la majorité, il y a 650 députés à la Chambre des communes. Ou bien nous nous acheminerions vers un second référendum, ce que veut éviter le Premier ministre, car il diviserait le pays et il ne pourrait être organisé avant le mois de juin et juillet, ce qui imposerait de repousser la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 29 mars 2019, et ce qui poserait un grave problème avec les élections européennes qui ont lieu au mois de mai.

RFI : Que signifie le vote de cet amendement qui ne donne que trois jours ouvrables à l'exécutif pour présenter un autre plan en cas de rejet du texte sur le Brexit mardi prochain au Parlement ?

Aujourd’hui, on assiste à une rébellion des députés qui veulent à tout prix éviter un Brexit sans accord qui serait en effet une catastrophe pour l’économie britannique. Je pense que de toute façon, il sera très difficile au Premier ministre d’obtenir un vote favorable mardi prochain, mais l’amendement rédigé par l’ancien procureur général Dominic Grieve donne une échéance au Premier ministre si elle perd son vote mardi prochain. Trois jours, c’est très court d’autant qu’il faudra qu’elle aille se rendre à Bruxelles pour obtenir une modification sur la question irlandaise, la question la plus délicate dans cet accord qui ne satisfait pas les députés. Le Premier ministre a essayé d’amadouer les députés en les invitant à des réceptions à Downing Street pour les convaincre de voter son accord, mais les députés restent très divisés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.