Accéder au contenu principal
Brexit / Union européenne

Brexit: le secteur spatial européen dans l'incertitude

Même en cas de Brexit, le Royaume-Uni restera membre de l'Agence spatiale européenne.
Même en cas de Brexit, le Royaume-Uni restera membre de l'Agence spatiale européenne. jody amiet / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le rejet par les députés britanniques du plan de sortie de l'Union européenne rapproche un peu plus l'hypothèse d'un Brexit sans accord. Un Brexit dur qui aurait de lourdes conséquences dans le domaine du spatial.

Publicité

La bureaucratie européenne a parfois du bon. Parce que l'Agence spatiale européenne (ESA) est un organisme intergouvernemental et non pas une agence de l'Union, le Royaume-Uni en sera toujours membre malgré le Brexit.

« Que le Royaume-Uni soit membre ou non de l'Union européenne, cela ne fait pas de grande différence pour nous. Nous avons l'habitude de ça. La Norvège, la Suisse sont membres de l'ESA. La différence, c'est que la Norvège et la Suisse ont des relations claires et définies avec l'Union. Avec le Brexit en revanche, on ne sait pas du tout ce qui va se passer », déplore Jan Wörner, le patron de l'ESA

L'incertitude demeure également sur l'avenir du système de navigation par satellite Galileo. Conçu pour être une alternative au GPS américain, ce projet piloté par l'Union européenne est plus précis et offre des applications civiles et militaires, comme le guidage de drone via un accès crypté. Or si l'accès civil serait maintenu outre-Manche même en cas de Brexit dur, ce ne serait pas le cas de toutes les autres fonctions. Hors de question en effet pour l'Union qu'un autre pays puisse en profiter.

Londres, qui a pourtant financé un dixième du coût du projet, prépare déjà la suite. Le Royaume-Uni souhaite en effet se doter de son propre système de navigation par satellite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.