Accéder au contenu principal
Espagne / Transport

Espagne: une grève illimitée des taxis contre les VTC paralyse Barcelone

Les chauffeurs de taxi, portant des gilets jaunes, devant le Parlement régional à Barcelone, le 21 janvier 2019. Ils ont entamé leur mouvement vendredi et ont été rejoints ce lundi par les taxis de Madrid.
Les chauffeurs de taxi, portant des gilets jaunes, devant le Parlement régional à Barcelone, le 21 janvier 2019. Ils ont entamé leur mouvement vendredi et ont été rejoints ce lundi par les taxis de Madrid. REUTERS/Albert Gea
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Barcelone, la grève des taxis paralyse la ville depuis 5 jours maintenant. Le puissant lobby des taxis en situation de quasi-monopole s'oppose à la régulation des VTC. Ce mardi après-midi, ils devraient se réunir avec l'administration locale pour débloquer cette grève illimitée.

Publicité

Avec notre correspondante à Barcelone, Elise Gazengel

Les taxis jaunes et noirs de Barcelone sont à l’arrêt depuis vendredi sur la Gran Via, une des principales artères de la ville. Cette grève a pour but de faire pression sur le gouvernement catalan qui prépare le décret de régulation des VTC.

Angel Vurès, taxi depuis trois ans, résume leur revendication : « Les VTC sont des services précommandés et il faut définir maintenant le temps de cette commande. Dans ce cas ce que nous demandons, c'est que ce soit quelques heures en avance », explique-t-il.

Les taxis avaient demandé au gouvernement d'imposer que les réservations de VTC se fassent 24 heures avant la course. La réponse de l'exécutif catalan vendredi a déclenché les protestations, comme l'explique Tito Álvarez, porte-parole d’Elite Taxi Barcelone.

« Nous, on demandait 24h et ils nous ont proposé 15 min d'avance, c'est comme nous cracher au visage. S'ils nous donnaient au moins 2h, je suis sûr qu'on se remettrait au travail », dit-il.

Pour Sonia Guerrero, c'est une lutte des classes qui se met en marche : « Je veux continuer à pouvoir nourrir mes filles, lance-t-elle. Ils sont en train de nous voler, ils veulent nous asservir tous, toute la société. Moi j'ai payé 3 700 € d'assurance pour ma voiture, pourquoi ? Parce que ma voiture a une responsabilité civile qu’eux n'ont pas. »

Pendant ces quatre jours de manifestations, plusieurs chauffeurs VTC ont été agressés par les taxis en grève. En protestation, eux aussi ont décidé d'occuper une artère de la ville, la Diagonale, jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.