Accéder au contenu principal
Russie / Etats-Unis

Etats-Unis-Russie: «Aucun progrès» sur le traité INF, selon Moscou

Présentation à la presse du système russe de missiles 9M729.
Présentation à la presse du système russe de missiles 9M729. REUTERS/Maxim Shemetov
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ce jeudi 31 janvier, Russes et Américains ne sont parvenus à « aucun progrès » lors d'une rencontre consacrée au traité nucléaire sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF).

Publicité

 « Malheureusement, il n'y a pas de progrès » sur le traité INF, signé entre l'URSS et Washington en 1987, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, cité par l'agence publique Ria Novosti, après une rencontre à Pékin avec la sous-secrétaire d'Etat américaine, Andrea Thompson. « Les Américains, a-t-il ajouté, se contredisent et n'ont pas confirmé être prêts à discuter davantage avec nous de quelque mesure de transparence que ce soit », qualifiant la position américaine sur ce dossier d'« assez dure », « destructrice » et la comparant à un « ultimatum ». En octobre 2018, le président américain Donald Trump avait annoncé son intention de se retirer de ce traité, qui abolit l'usage des missiles terrestres d'une portée de 500 à 5 500 km, au motif que Moscou ne le respectait pas.

Soixante jours

En décembre 2018, les Etats-Unis ont donné à la Russie soixante jours, avec échéance au 2 février, pour démanteler les nouveaux systèmes de missiles 9M729 violant selon eux le traité, menaçant de lancer la procédure de retrait. La Russie a démenti ces accusations « sans fondement », accusant en retour Washington de violer le traité. Ainsi, selon M. Riabkov, il n'y a eu « aucune réaction » des Etats-Unis quant aux inquiétudes exprimées par la Russie concernant le développement de nouveaux missiles et drones et sur le déploiement de systèmes américains en Roumanie et en Pologne.

« Transparence » sur le 9M729

« Ce qui se passe est entièrement de la responsabilité de Washington », a accusé M. Riabkov, disant regretter l'absence de progrès et être « inquiet pour le futur de la sécurité européenne et internationale ». La semaine dernière, l'armée russe a assuré jouer « la transparence » en présentant à la presse le système de missiles 9M729 mis en cause par les Etats-Unis. Mme Thompson a, pour sa part, accusé mercredi, en marge d'une rencontre à Pékin entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, Pékin et Moscou de ne pas dévoiler l'intégralité de leurs programmes nucléaires.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.